Silence sur le conflit d'intérêts du Cavaliere

 |  | 315 mots
Lecture 2 min.
Dans son discours annuel au Parlement mardi dernier, le président de l'Autorité italienne de la concurrence, Antonio Catricalà, a évoqué un dossier épineux que personne n'a voulu relever : le conflit d'intérêts et en particulier celui du président du Conseil, Silvio Berlusconi. Certes, comme l'indique la biographie officielle du Cavaliere sur le site du gouvernement, Silvio Berlusconi « a démissionné le 26 janvier 1994 [lors de son entrée en politique, Ndlr] de toutes ses fonctions au sein du groupe Fininvest », son empire des médias bâti en quinze ans. Ainsi sa fonction de président du Conseil, après sa réélection l'an dernier, n'est pas incompatible avec « d'autres charges publiques ou privées », selon la loi en vigueur. Il reste toutefois l'actionnaire majoritaire, entre autres, de firmes de télévision (Mediaset), de l'édition (Mondadori) de la finance et l'assurance (Mediolanum) via son holding familial, la Fininvest. Autant de secteurs sur lesquels son gouvernement est amené à légiférer. Mais pour l'Autorité de la concurrence, la loi sur le conflit d'intérêts, votée en 2004 sous un précédent cabinet Berlusconi, impose de telles « conditions restrictives multiples » pour ouvrir la moindre enquête sur un possible conflit d'intérêts de Silvio Berlusconi qu'il lui est presque impossible d'intervenir.La loi en vigueur rédigée par l'actuel ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini, ne constate un conflit d'intérêts que si un membre du gouvernement participe à une décision favorisant « particulièrement » son patrimoine et celui de sa famille au détriment de « l'intérêt public ». Or cette notion d'intérêt public n'est pas clairement définie? Et comme les précédents gouvernements de gauche, celui de Prodi notamment, n'ont pas voulu préciser la loi, personne n'ose plus évoquer à nouveau cette question, pas même la presse.Frank Paul Weber, à Mil

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :