Le dossier explosif sur le climat transmis à la Suède

 |   |  319  mots
EnvironnementCela s'appelle dans le jargon économique le « retour sur investissement ». Les dirigeants de l'Union européenne devraient réaffirmer demain leur engagement de principe d'aider les pays en développement pour lutter contre le réchauffement climatique mais ils vont se garder d'annoncer un chiffre car, martèle Oxfam, « ils veulent un retour avant de mettre leur argent sur la table ». Selon cette ONG, les Européens souhaitent notamment s'assurer que les aides qu'ils verseront à ces pays pour acquérir des technologies vertes serviront à s'équiper auprès d'industriels européens. À lire le projet de conclusions du Conseil européen, les 27 devraient donc se contenter de « se féliciter de l'intention exprimée par la prochaine présidence » de l'Union d'élaborer un programme « y compris sur les aspects financiers » pour adopter une décision en octobre. Bref, la patate chaude sera repassée à la Suède en attendant de jauger les intentions des grands pays développés et émergents afin d'arrêter « une clé de contribution universelle très détaillée et spécifique ». Or l'aide aux pays en développement est un point crucial pour parvenir, lors de la conférence de Copenhague en décembre, à un nouvel accord international sur le climat, à l'expiration du protocole de Kyoto en 2012. 30 à 35 milliards d'euros « Si on met un chiffre sur la table aujourd'hui, le débat va se porter sur ce montant et se détourner du vrai débat, qui porte sur l'effort de réduction des émissions », justifie un diplomate, observant que l'Union a pris l'engagement juridiquement contraignant de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20 % d'ici à 2020. Selon diverses estimations, l'Union européenne devra apporter 30 à 35 milliards d'euros par an aux pays pauvres jusqu'en 2020. Selon le principe du pollueur-payeur, calculé par Greenpeace, l'Allemagne devrait contribuer à hauteur de 7 milliards, le Royaume-Uni pour 5 milliards, la France 4,2 milliards, l'Italie 4 milliards et la Pologne pour 1,5 milliard. M. D.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :