Le Fonds stratégique sur les rails

 |  | 304 mots
Lecture 2 min.
Un mois après l'annonce par Nicolas Sarkozy de la création du Fonds stratégique d'investissement (FSI), son conseil d'administration se réunissait pour la première fois hier après-midi autour de Gilles Michel (voir « La Tribune » du 19 décembre). Ce polytechnicien de 52 ans, jusque-là directeur général de la marque Citroën, avait pris officiellement ses fonctions de directeur général du FSI dans la matinée. « Cocktail subtil des meilleurs scientifiques, d'administratifs et de commerciaux », que compte la France, selon la ministre de l'Économie, Christine Lagarde, ce conseil d'administration de six hommes et une femme doit maintenant faire vivre ce nouvel outil au service de l'économie française. La ministre a rappelé qu'il s'agissait bien de soutenir en fonds propres des petites et moyennes entreprises prometteuses et de sécuriser le capital de grandes entreprises françaises stratégiques. Pour opérer, le FSI disposera de 20 milliards d'euros d'actifs apportés à parité par l'Agence des participations de l'État et la Caisse des dépôts, respectivement actionnaires à 49 % et 51 % du fonds. Christine Lagarde a souhaité hier que l'ensemble de ces apports puisse être effectué « avant la fin du mois de juin ». Mais la partie liquide, soit 6 milliards, devrait être apportée début 2009, a précisé la ministre.Le conseil d'administration doit encore arrêter les doctrines d'investissement du FSI. Elles sont d'autant plus attendues que ses détracteurs craignent qu'il ne soit sous la pression permanente de l'exécutif, cogestionnaire aux côtés de la Caisse des dépôts. Michel Bouvard, président de la Commission de surveillance de l'institution financière et député UMP de Savoie, se veut rassurant. « En tant que filiale de la Caisse, le FSI devra rendre des comptes devant la Commission de surveillance », a-t-il rappelé. N.RE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :