Le bénéfice de Generali réduit de 70 %

 |   |  316  mots
Antoine Bernheim, le président de l'assureur Generali, avait averti le mois dernier que la crise des marchés boursiers n'avait pas épargné sa compagnie. « Le bénéfice de l'exercice 2008 a été de 860,9 millions d'euros contre 2,92 milliards en 2007, soit un recul de 70,5 %. La forte chute des marchés financiers a pesé sur le résultat. Le déclin s'est accentué en fin d'année, amputant largement la valeur du portefeuille de titres boursiers de 5 milliards d'euros », a expliqué hier le troisième assureur européen. « 2009 sera de nouveau une année difficile », a signalé un des deux administrateurs délégués de la compagnie, Giovanni Perissinotto, précisant que « l'approche conservatrice » de Generali, critiquée avant la crise par le hedge fund Algebris, permettait finalement à l'assureur italien de mieux s'en sortir. Pour 2009, Generali mise d'ailleurs sur l'effet de ses récentes mesures de restructuration en Italie. L'assureur fusionne sa filiale d'assurance-vie Alleanza avec celle spécialisée dans l'assurance dommages, Toro, afin d'alléger ses coûts et bénéficier d'un plus vaste réseau propre de distribution dans la Péninsule. Le groupe avait procédé à des restructurations similaires en Allemagne l'an passé et précédemment en France. la prudence est de miseDans l'Hexagone, Generali a vu son résultat opérationnel dans l'assurance-vie fondre de 19 % en un an (345,5 millions d'euros) et de 10 % dans l'assurance dommages (332,4 millions). Selon Sergio Balbinot, administrateur délégué de l'assureur, Generali a toutefois gagné des parts de marché en France (8,1 % du marché de l'assurance contre 5 % il y a quatre ans), l'ensemble du marché ayant plus souffert que la compagnie italienne. La prudence est cependant de mise : Generali ne versera qu'un quart de son dividende en cash afin de préserver ses fonds propres. Le reste sera proposé en titres de l'assureur, que Generali avait rachetés les années précédentes.Frank Paul Webe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :