Loukoil négocie son entrée dans Repsol

Sans débourser un rouble, Loukoil pourrait acquérir les 20 % que détient Sacyr Vallehermoso (SyV) au capital de l'espagnol Repsol. C'est ce qui ressort des détails d'une opération dont, en Espagne, plus personne ne doute maintenant (lire « La Tribune » du 21 novembre). Elle vient d'ailleurs d'être confirmée par La Caixa, deuxième actionnaire de Repsol. Ce rachat n'est pas sans soulever de vives critiques de la part de l'opposition conservatrice.Garanties exigéesLe procédé serait une simple prorogation. Loukoil assumerait la partie de la dette de SyV liée à l'achat des 20 % de la société pétrolière espagnole, soit 5,2 milliards d'euros, d'ailleurs garantis par les actions de Repsol elles-mêmes. Cette somme avait été prêtée par un pool d'une quarantaine de banques emmenées par le Santander. Réunies vendredi, elles exigent toutefois des garanties additionnelles vu la constante dégringolade de Repsol en Bourse. Surtout si, de surcroît, elles doivent financer l'acquisition des 9,9 % supplémentaires de Repsol que Loukoil prétend également acquérir, et que La Caixa est toute prête à vendre. Car la compagnie russe est généreuse?: si ce procédé est accepté, elle est disposée à comptabiliser chaque titre à 27 euros, prix payé en 2006 par SyV et qui aujourd'hui équivaut à près du double de sa valeur.Tout le monde en ressortirait gagnant. D'un coup, Sacyr, aujourd'hui menacée d'étranglement financier, réduirait sa dette de près de 30 % sans souffrir de moins-values. Loukoil s'implanterait ainsi en Espagne à moindre coût. L'actuelle direction de Repsol, que Madrid exige de voir laissée en place, s'allierait ainsi à un géant dont les réserves sont six fois supérieures à celles de l'espagnol. Et les créanciers de SyV remplaceraient un débiteur au bord de l'asphyxie par un autre jugé plus solvable.Tous gagnants, donc. Sauf? les autres actionnaires, dont Axa et Barclays, et les petits porteurs, qui verraient la compagnie changer de mains sans pouvoir participer au festin. Loukoil se maintiendrait juste en deçà du seuil de déclenchement obligatoire d'une OPA.Thierry Maliniak, à Madrid27 eurosC'est le prix qu'est disposée à comptabiliser la compagnie russe pour chaque titre si le procédé est accepté.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.