Préparatifs actifs dans les paris en ligne

En attendant la libéralisation officielle des paris en ligne, les professionnels s'organisent. Ainsi le groupe Amaury, qui édite notamment « L'Équipe » et « Le Parisien » et organise de nombreux événements sportifs comme le Tour de France, a signé un accord avec l'opérateur autrichien de paris sportifs en ligne Bwin. Le but de cet accord de joint-venture qualifié de « stratégique » est la création d'un opérateur de paris sportifs « sous une nouvelle marque » lorsque la législation ouvrira le marché « à la fin de 2009 ou au début de 2010 ». concurrence « illégale »De son côté, le groupe de casinos Partouche n'a pas attendu d'autorisation pour lancer son site de poker en ligne fonctionnant en mises réelles depuis jeudi. Auparavant, les joueurs empochaient des tickets qu'ils pouvaient dépenser ensuite dans les casinos du groupe, souligne « Le Figaro » qui a révélé l'information samedi. « L'État français fait comme si le jeu en ligne n'existait pas », a justifié Patrick Partouche, dont le groupe gère cette activité depuis Gibraltar, où sont basés de nombreux sites de jeux en ligne. Les groupes de casinos dénoncent la concurrence « illégale » de ces derniers, alors que les jeux d'argent en ligne sont interdits en France.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.