« Le pacifique, prochain théâtre d'affrontements »

Quels sont les enjeux autour du Pacifique ? « Le Pacifique sera l'Atlantique du XXIe siècle », a écrit Marx en 1848. Le chancelier Bismarck avait fait sienne cette prédiction. Les plus grandes puissances sont autour du Pacifique : États-Unis, Japon, Union européenne par le biais de la France, Russie, Chine, Brésil. Quant à l'Inde, son accès est moins évident mais elle s'associe aux États-Unis et à l'Australie pour des exercices militaires. Cet océan recouvre près d'un tiers de la surface du globe et recèle d'importantes ressources. Il sera probablement un théâtre de la bataille pour la suprématie entre ces puissances. Une bataille militaire ?En dehors du Pacifique, il n'y a pas d'autres endroits aussi immenses où il est possible d'effectuer des essais de missiles dans de bonnes conditions. Les Américains pratiquent ces essais. Ils investissent 10 milliards de dollars avec leurs alliés japonais dans l'île de Guam. Ils retirent leurs dernières unités du Japon pour les installer sur cette île qui offre une position stratégique privilégiée face à la Chine. Je ne conçois pas qu'une puissance qui veut continuer à compter dans le monde se prive des conditions qu'offre le Pacifique pour effectuer des essais balistiques. Je dis bien balistiques, pas nucléaires.La Chine n'est-elle pas plutôt intéressée par le pétrole d'Afrique ?Pour la Chine, toujours en quête de ressources naturelles et bientôt d'épouses, ou de bases de loisirs, le Pacifique est un espace de déploiement si ce ne n'est de conquête économique. À Tonga, aux Fidji et dans bien d'autres États insulaires, on voit déjà la forte emprise des Chinois qui ouvrent des commerces de toute nature. Il y a trois ans, des révoltes anti-chinoises ont éclaté à Tonga.Quels sont les autres enjeux de cette région ?Du fait de sa très grande ancienneté, le Pacifique recèle certaines clés de l'origine de la vie sur lesquelles se penchent les scientifiques. Du fait de la richesse de sa flore, il offre un réservoir de biodiversité et un potentiel considérable pour la pêche dont il représente 60 % du total mondial. Compte tenu de son immensité, il est aussi un très grand réservoir de captation du CO2 sur lequel il faut veiller. Il représente enfin un patrimoine linguistique et culturel qu'il faut protéger. Près de la moitié des 6.000 langues recensées dans le monde sont parlées dans les pays du Pacifique. Propos recueillis par L. C.(*) « Un ambassadeur dans le Pacifique », édité chez Hermann, 34 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.