Swiss divise par cinq sa perte nette en 2004

Swiss se réserve pour son raout annuel. La compagnie aérienne helvétique en difficultés s'est contentée hier d'un communiqué pour dévoiler ses résultats 2004. Et s'est refusée "à de plus amples commentaires avant la présentation des comptes à la presse, le 11 mars".Des comptes apparemment flatteurs. La perte d'exploitation a été divisée par plus de quatre l'an dernier, à 122 millions de francs suisses (78,9 millions d'euros). Et Swiss a gardé pour la bonne bouche une perte nette divisée par cinq, à 140 millions de francs.Nul doute que les salariés voient d'un autre oeil ces performances, obtenues au prix de suppressions d'emplois et d'une réduction de la flotte d'avions. Des mesures nécessaires car les compagnies aériennes à bas prix font leurs choux gras des vols moyen-courrier. Si bien que le chiffre d'affaires a fléchi de 11,7 % en 2004, à 3,64 milliards de francs, à peine plus de la moitié des avions de Swiss étant remplis sur les destinations intra-européennes.Liquidités. Le groupe est en revanche resté totalement muet sur les résultats du seul quatrième trimestre, lorsque le prix du pétrole a atteint son plus haut niveau historique. Qu'à cela ne tienne. Mathias Egger, analyste chez Helvea, n'a pas été long à estimer à 44 millions de francs la perte d'exploitation du quatrième trimestre. Swiss doit se mordre les doigts d'avoir vendu - au printemps - ses contrats de couverture contre les fluctuations du prix du baril, afin de renflouer sa trésorerie. Laquelle s'élève à 481 millions de francs, au 31 décembre. C'est plus que les 375 millions prévus par Patrick Schwendimann, analyste chez ZKB. Mais ce dernier n'est pas dupe : la différence provient de 163 millions de francs de liquidités exceptionnelles. Dont 95 millions retirés de la cession de créneaux horaires à British Airways. Et 68 millions provenant du règlement d'un différend avec Holco, le holding de Jean-Charles Corbert, président de la compagnie en faillite Air Lib.Dans son communiqué lapidaire, Swiss s'est également abstenue de confirmer l'objectif d'un bénéfice pour 2005. Résultat, l'action a cédé 1,14 % hier, à 8,7 francs.Christine LejouxL'impact du pétrole sur Air France inquièteLes analystes attendent Air France-KLM de pied ferme. La compagnie aérienne publie ce matin ses résultats du troisième trimestre de l'exercice 2004-2005 (clos le 31 mars). Les analystes tablent entre une perte nette de 45 millions d'euros et un bénéfice de 75 millions, selon les estimations compilées par l'agence Bloomberg. Une fourchette large qui reflète les incertitudes quant à la capacité du groupe à surmonter le renchérissement du kérosène. Aussi, au diable la hausse de 5,7 % du chiffre d'affaires, au troisième trimestre, à 4,86 milliards d'euros, publiée hier ! L'action a cédé 1,81 %, à 14,68 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.