Free Mobile a conquis 5,2 millions de clients

 |  | 731 mots
Lecture 4 min.
« 2012 : Free a révolutionné le mobile » claironne le communiqué triomphant d\'Iliad, la maison-mère de Free, qui vient de publier son chiffre d\'affaires annuel ce jeudi matin. Le quatrième opérateur dresse la liste des changements intervenus depuis un an : forte augmentation des usages, notamment des SMS (+18%), 4,5 millions d\'abonnés supplémentaires pour l\'ensemble du marché, hausse du nombre d\'abonnés à des offres libres d\'engagement, essor des ventes de téléphones mobiles sans subvention, passées de 3% à 15% du marché. Et bien sûr la percée fulgurante de ce nouvel entrant qui a conquis 5,2 millions d\'abonnés en un an, soit près de 8% du marché (métropole). Xavier Niel, le fondateur et principal actionnaire de Free, avait évoqué un chiffre de 5 millions à la mi-janvier : ce sont finalement 800.000 abonnés (nets de résiliation) qui ont rejoint le nouvel opérateur au quatrième trimestre. Free Mobile pèse déjà la moitié de Bouygues Telecom sur le marché mobile. « Notre conviction que les Français voulaient des offres plus transparentes était juste. Alors qu’on nous disait que les Français voulaient uniquement de la subvention, on a vu que nos offres SIM-only répondaient à leurs besoins. Cette stratégie nous a permis de recruter plus de 5 millions de clients, il n’y a pas de raison que nous en changions » indique Thomas Reynaud, le directeur financier d\'Iliad, répondant à la question d\'un éventuel revirement après le procès perdu intenté à SFR sur le \"crédit déguisé\" de certains forfaits avec subvention.Une année historique dans le fixe aussi En un an, la nouvelle activité de Free dans le mobile a généré quelque 843,9 millions d\'euros, dont 719,5 millions dans les services et 124,4 millions dans les ventes de téléphones : c\'est déjà plus d\'un quart du chiffre d\'affaires consolidé, qui ressort ainsi en croissance de 48,6% à 3,15 milliards d\'euros (+64% au quatrième trimestre). « Nous sommes en train de réussir notre plan qui consiste à la fois à transformer le groupe en opérateur intégré fixe et mobile et à doubler de taille d’ici 2015. Nous avons déjà doublé en nombre d’abonnés, en passant de moins de 5 millions il y a un an à plus de 10 millions dans le fixe et le mobile » se félicite le directeur financier. L\'activité historique dans le fixe a aussi bénéficié de cette dynamique (notamment grâce au rabais offert  aux clients ADSL sur les forfaits mobiles) : Free a recruté 515.000 abonnés (nets et hors migration de la marque Alice) en 2012, soit une part de conquête proche de 50%. C\'est une performance « historique » pour le groupe. L\'activité fixe a ainsi progressé de 9% à 2,3 milliards d\'euros. Le revenu moyen par abonné (ARPU) dans le haut débit a augmenté de 0,50 euro à 36 euros.Free Mobile vise 25% du marché à termeEn revanche, Free ne précise pas l\'ARPU du mobile et se contente de dire que sa base de clients est « équilibrée » entre nouveaux clients et « Freenautes » (abonnés ADSL), et entre les abonnements avec portabilité du numéro (ligne principale) et sans (ligne souscrite en plus), typiquement pour les offres à 2 euros (gratuite pour les abonnés ADSL). Un simple calcul fait ressortir un ARPU de plus de 15 euros au quatrième trimestre. « Nous ne publions pas encore d’ARPU mobile car celui-ci doit encore se stabiliser, notamment avec l’effet de la baisse des terminaisons d’appel, puisque nous ne bénéficierons plus d’asymétrie au 1er juillet 2013 » fait valoir Thomas Reynaud : en clair, Free n’aura plus droit à ce coup de pouce réglementaire, comme Bouygues Telecom en son temps, qui lui permet de facturer plus cher à ses concurrents les appels que ces derniers acheminent vers les clients Free Mobile. « Ce qui est important c’est de stabiliser Free Mobile dans la durée. Nous avons une marque légitime pour conquérir un quart du marché à long terme. A moyen terme, nous visons toujours 15% de part de marché »L\'annonce de ce chiffre d\'affaires supérieur aux attentes est très bien accueillie par les investisseurs : l\'action Iliad grimpe de 5% ce jeudi à la mi-journée et atteint un nouveau record historique à plus de 150 euros. La capitalisation boursière du groupe dépasse 8,68 milliards d\'euro

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :