Pour François Hollande, les fonctionnaires ne doivent pas être "une variable d'ajustement"

 |  | 398 mots
Lecture 2 min.
\"Ce serait trop simple de penser qu\'on peut régler les problèmes de finances publiques de notre pays (...) avec la variable d\'ajustement que seraient les fonctionnaires\". C\'est ainsi que le chef de l\'Etat a répondu aux suggesitions de la Cour des comptes. Il s\'exprimait en conférence de presse, à la suite du Conseil européen.Les recommandations des \"Sages\"La veille, les \"Sages\" de la rue Cambon publiaient une série de recommandations parmi lesquelles une révision de leur système de progression de leur rémunération. Concrètement, la Cour des comptes suggère de revoir à la baisse le \"glissement vieillesse technicité\" (GVT), qui assure une revalorisation annuelle des traitements en fonction de l\'ancienneté. Une proposition qui s\'inscrit dans un cadre plus large, visant à économiser 28 milliards d\'euros sur deux ans.\"Les fonctionnaires ne sont pas exonérés de l\'effort, bien au contraire\"De cette mesure concernant les fonctionnaires, il n\'est pas question, a donc répondu François Hollande. \"Qu\'est-ce que je demande aux fonctionnaires? C\'est de ne pas avoir d\'augmentation du point d\'indice\", a-t-il résumé.Or, \"cela a été déjà le cas en 2012 et en 2013. Il y aura des négociations qui vont s\'ouvrir pour 2014\", a-t-il également rappelé. Selon lui, \"c\'est un sacrifice important\" qui revient à économiser près de 800 millions d\'euros. \"Les fonctionnaires ne sont pas exonérés de l\'effort, bien au contraire\", a-t-il insisté, \"c\'est sans doute la catégorie qui au travail a eu le moins de retour en terme de pouvoir d\'achat\" ces dernières années.Pas de réduction d\'effectifsIl a également réaffirmé son intention de ne pas réduire le nombre de fonctionnaires.\"Il s\'agirait, si on voulait trouver les moyens de réduire substantiellement le déficit, de se séparer d\'une fonction publique. Je ne l\'accepterai pas, les Français pas davantage\", a-t-il lancé. Il a également rappelé que les emplois créés dans l\'Education nationale doivent être \"compensés par des non remplacements dans les autres administrations\". Le chef de l\'Etat a en outre chiffré à 500 millions d\'euros par an le non remplacement d\'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Cette mesure avait été mise en place par Nicolas Sarkozy.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :