Budget 2013 : pas de nouvelles lignes TGV, priorité aux Corail

 |  | 445 mots
Pas de lancement de nouvelle ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) dans le budget 2013. Si les quatre lignes en cours de réalisation déjà décidées (Tours-Bordeaux, Bretagne-Pays de Loire, Est phase 2, Nîmes-Montpellier) ne sont pas affectées par la mesure, les 14 LGV en projet (annoncées par Nicolas Sarkozy) dont Paris-Normandie, Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Espagne....resteront à l\'état de projet. Le budget permet seulement la poursuite des études. « La pertinence du lancement de ces projets de LGV mentionnés dans le projet de schéma national des infrastructures de transport (SNIT) sera réexaminée dans le cadre d\'une réflexion d\'ensemble sur la priorisation des besoins », dit-on à Bercy. Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, va mettre en place fin octobre une commission qui examinera tous ces projets, dont le montant des travaux s\'élève à près de 250 milliards d\'euros, pour moitié à la charge de l\'Etat. «Dans la mesure où l\'agence de financement des infrastructures de transports de France (l\'AFITF) dispose d\'environ deux milliards d\'euros par an, il est impossible de tout faire en même temps », explique t-on au ministère des Transports. « L\'Etat n\'a pas les moyens (de financer tous ces investissements, ndlr) il faut arrêter les carabistouilles ». Pour rappel, un kilomètre de LGV coûte 30 millions d\'euros. L\'idée est donc recaler un calendrier.Ecotaxe poids lours de 400 millionsPour 2013, les ressources de l\'AFITF seront de 2, 207 milliards d\'euros, en hausse de 4% par rapport à la période 2011-2012, grâce à l\'augmentation des ressources propres (notamment l\'écotaxe poids lourds estimée à 400 millions d\'euros). En outre, les crédits du programme « Infrastructures et services de transports » (Programme 203), sont identiques à ceux de 2012 (3,174 milliards, dont 2,536 milliards pour le ferroviaire, dont les crédits ont été préservés).Les trains d\'équilibre du territoire sauvegardésA défaut de nouvelles LGV, le gouvernement met l\'accent sur l\'entretien des réseaux existants et à l\'amélioration du service. Et notamment sur les trains d\'équilibre du territoire (exploités sous les marques Corail, Intercités, Téoz et Lunéa), un secteur qui recevra 45 millions d\'euros supplémentaires pour atteindre une enveloppe de 325 millions d\'euros. Ceci pour maintenir un niveau de réseau de desserte plus élevé que celui prévu par la convention signée en 2010 entre l\'Etat et la SNCF. « Deux trois lignes, comme Paris-Belfort, qui devaient disparaître sont maintenues », explique t-on au ministère des Transports. « Les trois prochains budgets seront consacrés à améliorer la vie des gens », précise t-on. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :