Afone se dote d'un sérieux avantage concurrentiel

 |   |  515  mots
cite>Afone vient d'ajouter une nouvelle corde à son arc de services dédiés aux enseignes commerciales. Depuis la mi-février, l'opérateur basé à Angers (Maine-et-Loire) est agréé « établissement de paiement » (*), ce qui en fait l'un des trois premiers opérateurs en France non bancaires à pouvoir gérer des services de paiement pour le compte de ses clients. Ces établissements de paiement sont une nouvelle catégorie d'acteurs bancaires issus de la directive européenne sur les services de paiement de 2009 dans le but de déréguler le marché. « Nous pouvons ainsi assurer une gestion des flux monétiques de bout en bout de la chaîne d'encaissement, détaille Philip Fournier, PDG d'Afone, du terminal de paiement électronique, jusqu'à l'encaissement final sur le compte de paiement du commerçant. » Les principaux avantages pour les 100.000 points de vente équipés par Afone en solutions associant informatique et communications seront de réduire leur facture de frais bancaires et « d'avoir une maîtrise encore plus étendue de l'estimation financière des encaissements », souligne Frédérick Richard, directeur financier d'Afone.Nouvelles prestationsAprès le lancement de pilotes fin juin, le dispositif devrait être opérationnel fin 2011. Pour assurer cette nouvelle activité, le groupe a conclu un accord industriel avec le groupe Arkéa (Crédit Mutuel) - auquel il sous-traitera une partie des prestations - et créé Afone Paiement. Cette filiale à 100 % dotée de 1,8 million de fonds propres sera utile pour trouver « des accords industriels et capitalistiques avec des partenaires », prévient le dirigeant. Il pourra s'agir de grands acteurs économiques de type Carrefour, EDF ou PMU qui subissent, selon Philip Fournier, « les conditions du marché bancaire et payent très cher des prestations de compensation, soit 0,50 % de leur chiffre d'affaires TTC ». En empiétant sur les plates-bandes des banques, le fondateur d'Afone compte non seulement réduire ce coût mais aussi offrir de nouvelles prestations donnant plus de valeur ajoutée au paiement électronique.Fort de cette nouvelle compétence, la stratégie de l'opérateur angevin va consister à accroître la palette de services vendus à chaque client plus qu'à élargir son portefeuille. Ainsi, la gestion de paiement complétera la gamme de prestations dans les domaines de la communication entre points de vente, de la monétique et de la sécurisation des locaux (vidéo-surveillance). La convergence entre les prestations sera également dupliquée dans le secteur de la téléphonie mobile qui permettra à terme d'utiliser un téléphone portable comme moyen de paiement. Avec 510.000 abonnés à son offre mobile diffusée uniquement sur Internet depuis 2009, le groupe est le premier opérateur à disposer des deux configurations : offre mobile et gestion de paiement. « Dans ce domaine en revanche, notre stratégie est d'augmenter le nombre de clients », prévient Philip Fournier qui reconnaît qu'il va falloir « augmenter la cadence » pour atteindre son objectif initial d'un million d'abonnés en 2012.(*) L'agrément soumis à des clauses suspensives avait été accordé à Afone en septembre 2010 par l'Autorité de contrôle prudentiel ; la dernière clause a été levée le 16 février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :