Nouveaux partenaires financiers pour Ceva Santé Animale

 |   |  338  mots
Avec l'entrée à son capital du fonds d'investissement Sagard, qui s'engage sur 100 millions d'euros d'investissement auxquels se rajoutent 75 millions d'euros apportés par ses partenaires actuels (Euromezzanine, Natixis Private Equity et le management), l'entreprise girondine Ceva Santé Animale se donne les moyens de satisfaire ses ambitions. Implantée à Libourne, cette société présente dans 45 pays a réalisé un chiffre d'affaires de 395 millions d'euros en 2009, dont 12 % en France. Elle se situe actuellement en huitième position au niveau mondial, tandis que le premier laboratoire vétérinaire de la planète réalise un chiffre d'affaires de l'ordre de 4 milliards d'euros.Pour être un acteur de poids et se situer dans les cinq premiers mondiaux, Marc Prikazsky, le président de Ceva Santé Animale, estime que l'entreprise devrait réaliser un chiffre d'affaires de 1 milliard d'euros à l'horizon 2015. Or, avec sa seule croissance organique, la société ne pourrait pas dépasser le seuil des 650 millions. Reste la croissance externe, à laquelle a déjà eu recours Ceva. « Notre business model passe par l'acquisition de sociétés familiales pour gagner de la taille critique. Quand on démarre de rien dans un pays, on perd de l'argent pendant des années », précise Marc Prikazsky. Avec les phénomènes de regroupement dans ce secteur, il faut être en mesure de faire des acquisitions de sociétés ou même de produits, souligne Pierre Revel-Munoz, directeur financier. D'où l'intérêt de l'arrivée de Sagard. regard vers les émergentsActuellement, Ceva est train de finaliser une acquisition - vraisemblablement en Australie - et une joint venture avec un partenaire chinois. Par ailleurs, Ceva investit 15 millions de dollars dans son unité de production américaine pour multiplier par dix sa capacité. Sur ce marché, Marc Prikazsky veut se développer et augmenter ses parts de marché sur le segment très porteur de l'animal de compagnie. Mais il regarde aussi les pays émergents ou les pays à risques pour s'y positionner avant les autres et prendre de l'avance. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :