Emerson monte en puissance sur le marché européen

 |   |  381  mots
La course à l'échalote commence fin avril 2010. Emerson, groupe américain spécialiste de l'automatisation et des services en entreprises, dépose une offre de rachat hostile de 830 millions d'euros visant Chloride. Ce groupe britannique intéresse fortement le géant américain, et pour cause : Chloride réalise 405 millions d'euros de chiffre d'affaires (sur l'exercice 2009-2010, clôturé au 31 mars), un bénéfice net avant impôt de 36 millions d'euros et un bénéfice d'exploitation de 53,8 millions d'euros.Surtout, Chloride est spécialiste de l'alimentation électrique sécurisée. À ce titre, il est l'un des principaux fournisseurs d'onduleurs et autres systèmes de stockage d'énergie visant à pallier les pannes de courant (très utiles à l'industrie pétrolière, gazière mais aussi aux centres de serveurs informatiques, hôpitaux et aéroports).Chloride rejette l'offre d'EmersonLe marché des onduleurs entrevoit une sortie de crise. « Ce marché repart bien avec une croissance autour de 10 % », confirme Gaël de Bray, analyste financier chez Société Généralecute; Générale Corporate & Investment Banking. Fort de ces atouts, le conseil d'administration de Chloride rejette l'offre d'Emerson au début du mois de juin l'offre d'Emerson.ABB sort du boisC'est alors que le suisse ABB, spécialiste en ingénierie, sort du bois et fait à son tour une offre de 1,04 milliard d'euros, que le conseil d'administration de Chloride accepte cette fois-ci. C'est le début d'un bras de fer financier entre Emerson, qui cherche à prendre position sur le marché européen de l'alimentation électrique sécurisée, et ABB qui souhaite créer des synergies avec les composants qu'il fabrique déjà. Ce qui permettrait au groupe suisse de se rapprocher du leader du marché, le français Schneider Electric, qui détient 30 % environ du marché des onduleurs, depuis l'acquisition en 2006 du numéro 1 de l'alimentation électrique sécurisée, l'américain APC.Emerson surenchéritFin juin, en réaction à la proposition d'ABB, Emerson, décidément résolu à l'emporter, fait une nouvelle offre au conseil de Chloride, à hauteur de 1,22 milliard d'euros, soit un tiers de plus que le montant de sa proposition initiale. Et surtout de 15 % supérieure à celle d'ABB, poussant finalement celui-ci à jeter l'éponge. Des discussions doivent maintenant s'engager entre Chloride et son nouveau propriétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :