Ducroz, du comptoir au curling

 |   |  315  mots
Petit, Richard Ducroz n'est pas tombé dans la marmite du curling. C'est la curiosité qui l'a poussé, à 11 ans, à pratiquer ce sport méconnu du grand public. « Il y avait une section à Chamonix. Mon frère aîné Jan-Henri y jouait avec notre futur capitaine, Thomas Dufour (vice-champion du monde junior). J'ai attrapé le virus. Après, impossible de décrocher. » Le Chamoniard doit aujourd'hui concilier sa passion et son activité professionnelle : le métier de barman. Un jonglage délicat mais indispensable pour lui permettre de pratiquer son sport au plus haut niveau. « sport complet » Faute de pistes homologuées en France, les déplacements à l'étranger sont nombreux. « Lorsqu'on s'entraîne à Chamonix, on passe après le hockey-sur-glace et c'est impraticable, explique le curleur. Du coup, on est amené à bouger. L'automne, on va une fois par semaine en Suisse. » Cinq heures de route pour trois heures d'entraînement à Bâle : voici l'une des expéditions courantes de Richard, de son frère et des autres membres de l'équipe de France (Thomas Dufour, Raphaël Mathieu et Tony Angiboust). « L'hiver, on s'entraîne au Canada », ajoute Richard. Là, le barman a pu mesurer la renommée de son sport. « Il y a trois ans, lors des championnats du monde, il y avait 15.000 personnes dans la patinoire ! », confie-t-il. Et non « cinq spectateurs », comme ce fut le cas lors des derniers championnats de France. Au Canada, le curling est sacré. À Vancouver, depuis le 5 janvier dernier, le barman signe régulièrement des autographes dans la rue. Chose impensable en France. « On se moque parfois de nous, regrette-t-il. Les gens ne se rendent pas compte que le curling est un sport complet. Pour être bon, il faut être très fort mentalement, tactiquement et techniquement. » Bien appliquée, cette recette du succès pourrait faire fondre la glace entre le curling et le public... A. D. af

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :