Crise coréenne : Pyongyang bloque l'accès de la zone industrielle conjointe aux Sud-Coréens

 |   |  364  mots
\"Le Nord nous a indiqué ce matin qu\'il n\'autoriserait que les départs depuis Kaesong et interdirait les trajets vers\" le complexe, a déclaré un porte-parole du ministère sud-coréen de l\'Unification, en charge des relations entre les deux pays. Les Sud-Coréenz travaillant au sein de ce complexe, avec des Nord-Coréens, ne pouvait donc se rendre sur place, ce ùercredi matin. Pyongyang n\'a pas précisé combien de temps la suspension des entrées resterait en vigueur, a ajouté le porte-parole.Le ministère de l\'Unification avait indiqué plus tôt dans la journée que les 484 Sud-Coréens qui devaient se rendre mercredi au sein du complexe n\'avaient pas été autorisés à le faire par la Corée du Nord. Symbole de la coopération entre les deux CoréesSelon Séoul, 861 Sud-Coréens sont par ailleurs à l\'intérieur du complexe. \"Nous nous attendons à ce que nos concitoyens actuellement au Nord rentrent sans difficulté\", a ajouté le porte-parole du ministère.La zone industrielle implantée à 10 km à l\'intérieur de la Corée du Nord a été inaugurée en 2004 dans une volonté symbolique d\'établir une coopération entre les deux Corées. Précieuse source de devises étrangères dont la Corée du Nord a grand besoin, ce complexe est toujours resté ouvert malgré les crises répétées sur la péninsule, à l\'exception d\'une seule journée, en 2009. Pyongyang en avait bloqué l\'accès pour protester contre des manoeuvres militaires conjointes américano-sud-coréennes.Vers une fermeture ?Ce retard suscite la crainte que le Nord mette à exécution sa menace de fermer Kaesong, qui accueille plus de 50.000 Nord-Coréens travaillant pour le compte de petites entreprises sud-coréennes, dans le secteur manufacturier principalement (habits, chaussures, montres, ustensiles de cuisine...).Le passage de la frontière pour aller à Kaesong a fonctionné normalement ces dernières semaines malgré les tensions croissantes entre le Nord et le Sud. La stabilité d\'exploitation du complexe est considérée comme un baromètre des relations intercoréennes et sa fermeture marquerait une nette escalade des tensions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :