En Irlande, le gouvernement fait face au mécontentement

 |   |  311  mots
Brian Cowen a beau avoir le sourire après l'écrasante victoire du « oui » au référendum sur le traité de Lisbonne, son répit ne sera que de courte durée. Le Premier ministre irlandais, en poste depuis à peine dix-huit mois, sait qu'il fait face à un hiver très difficile, qui pourrait le forcer à la démission dans le pire des cas.Son gouvernement enregistre un taux de mécontentement record (plus de 80 % en moyenne) et son pouvoir ne tient qu'au parti vert, son principal allié dans la coalition au pouvoir. Or deux décisions très controversées sont à venir.La première est la création d'une « bad bank » publique, qui va recevoir les créances douteuses des cinq principales banques irlandaises. Ces actifs ? essentiellement des prêts dans le secteur du bâtiment ? devraient s'élever à 77 milliards d'euros (équivalent de la moitié du PIB irlandais), et ils seraient achetés par le gouvernement environ 70 % de leur valeur. Les sommes sont telles que les modalités de cette « bad bank » sont âprement discutées. Le projet de loi devrait être soumis au vote dans le courant du mois.Coupes budgétairesLa deuxième décision concerne le budget de l'État, qui sera présenté en décembre. Les discussions y sont encore plus explosives, suite à la dérive des finances de l'État. Dès février, le gouvernement a adopté des mesures drastiques, dont la baisse immédiate de 7,5 % des salaires des fonctionnaires, provoquant des manifestations monstres. Le budget à venir sera une nouvelle fois extrêmement rigoureux et pourrait suffire à faire imploser la coalition. « Une partie des députés Fianna Fáil [le parti au pouvoir, Ndlr] pourrait s'opposer aux coupes budgétaires, estime Gail McElroy, analyste politique à Trinity College. S'ils sont assez nombreux, cela pourrait mener à des élections anticipées. » Éric Albert, à Londres

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :