L'emploi et le logement sacrifiés sur l'autel de la « ri-lance »

 |   |  452  mots
Il ne suffit pas de dire que l'on va couper dans les dépenses, encore faut-il dire lesquelles. La présentation, mardi, par François Baroin, du budget pluriannuel de l'Etat pour la période 2011-2013, entre dans le détail des coupes afin de ramener le déficit public à 6 % du PIB en 2011, soit 40 milliards d'euros à trouver, et à 3 % en 2013. Le principe de ce budget est simple : le gel en valeur des dépenses hors dette et pensions. Mais étant donné que ces dernières vont progresser tout comme la contribution à l'Union européenne, les ministères verront leurs dépenses baisser de 0,2 % l'an prochain. Les crédits pour l'Emploi sévèrement rognésEst-ce parce qu'il est ancien ministre du Budget, qu'Eric Woerth a accepté que les crédits de la mission travail et emploi soient sévèrement amputés de 19 % en 2013 par rapport à la loi de finances initiale de 2010 ? La trajectoire des crédits de ce ministère synthétise à merveille le concept de Christine Lagarde de « ri-lance ». En effet, en 2011, les crédits progressent encore légèrement, puis ils vont décroître fortement du fait de l'interruption ou de la réduction de certains dispositifs. Le nombre d'emplois aidés passera ainsi de 340.000 en 2011 à 200.000 en 2012 et le taux de subvention de l'Etat sera parallèlement réduit de 90 à 80 %. « C'est une erreur économique majeure alors que le chômage est encore sur des niveaux élevés et que la consommation montre des signes de faiblesse », dénonce Jérôme Cahuzac, président socialiste de la commission des Finances de l'Assemblée. Le gouvernement a aussi décidé de réduire une partie des aides consenties à l'emploi à domicile. Si l'avantage fiscal est maintenu, l'abattement de 15 points sur les exonérations sociales proposé aux ménages qui déclaraient leur salarié au frais réel est en revanche supprimé. La mission Ville et Logement mise à malLes crédits baisseront de plus de 5 % sur la période. Avec en particulier une réforme des aides au logement. Le gouvernement supprime la possibilité donnée aux étudiants et à leurs parents de cumuler l'APL (aide personnalisée au logement) et la demi-part fiscale pour enfant à charge.La Défense évite le pire On annonçait une baisse de 5 milliards d'euros. En définitive, le budget de la Défense est épargné : stable en 2011 par rapport à 2010, il progresse même à 31 milliards en 2013. Justice, Recherche et Enseignement supérieur : les chouchousAlors qu'en 2011, 31.411 postes de fonctionnaires seront supprimés, le secteur de la Justice accueillera 400 agents de plus et les effectifs de la mission Enseignement supérieur et recherche resteront parfaitement stables. Quant à leurs crédits, ils progresseront respectivement entre 2011 et 2013 de 1,7 % et 1,6 %. Anne Eveno

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :