TVA, cotisations, CSG... ce que prépare le gouvernement pour la compétitivité

 |   |  391  mots
Le gouvernement tranche. Après avoir reçu lundi des mains de Louis Gallois le rapport sur la compétitivité qui préconise un \"choc de confiance\", Jean-Marc Ayrault réunit son équipe pour un séminaire sur le sujet. Des propositions doivent être présentées à l\'issue de cette réunion qui doit débuter à 9 heures.Que retiendra le gouvernement du rapport Gallois?Dès lundi, François Hollande affirmait que le chef du gouvernement allait  \"tirer toutes les conclusions\" de ce rapport. Le Premier ministre avait lui aussi assuré qu\'il s\'appuierait, au moins en partie sur ce rapport. De fait, il semblerait que le gouvernement tienne peu compte des propositions qui figurent dans le rapport remis par le commissaire à l\'innovation. Bien avant la remise de ce document, des ministres en avaient d\'ailleurs désamorcé le contenu. Pas question, par exemple d\'augmenter fortement la CSG, comme le préconise l\'ancien patron d\'EADS.>> Sapin et Moscovici balayent tout \"choc\" de compétitivité>> Baisse des charges: pourquoi le gouvernement ne suivra pas le schéma du rapport GalloisVers un crédit d\'impôt et une hausse de la TVAPressé de toutes parts, notamment par le FMI,  chef de l\'Etat a cependant promis des \"décisions fortes\".  L\'exécutif s\'orienterait par exemple vers un crédit d\'impôt accordé aux entreprises afin de faire baisser le coût du travail, principal sujet d\'inquiétude des entrepreneurs. Un choix qui se traduirait par une baisse des cotisations sociales de 6% sur les salaires compris entre 1 et 2,5 fois le Smic, comme l\'indiquait le Point lundi soir. De quoi réduire le coût du travail de 20 milliards d\'euros.  En outre, le taux intermédiaire de TVA serait relevé de 7 à 10% ou 12% et le taux à 19,6% passerait à 20%, selon le numéro Echos publié ce mardi. >> Comment Hollande va baisser les charges des entreprisesUn \"pacte\"?Selon les Echos, les propositions seraient contenues dans un \"pacte\" comprenant 35 décisions, portant notamment sur une garantie publique pour les PME de plus de 500 millions d\'euros, des investissements de 2 milliards d\'euros orientés dans des filières jugées stratégiques, la présence de salariés dans les conseils d\'administration ou de surveillance des entreprises, le doublement du nombre de personnes travaillant en alternance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :