La "privatisation" de General Motors a commencé

 |   |  300  mots
Le Trésor américain annonce la vente de 30 millions d'actions de General Motors au prix unitaire de 34,41 dollars, ce qui lui permettra de récupérer environ 1,03 milliard (800 millions d'euros). Avant cette cession, l'Etat américain détenait 18% de son capital environ. L'offre publique de vente, qui coïncide avec le retour de GM au sein de l'indice Standard & Poor's 500, porte à 32,5 milliards de dollars (25 milliards d'euros) le montant des aides publiques récupérées à ce jour par le contribuable américain. Le géant de Detroit avait reçu la somme fabuleuse de 49,5 milliards de dollars (38 milliards d'euros) de l'Etat fédéral pour sa restructuration en 2009-2010. Sous protection du Chapitre XI (loi sur les faillites), GM était alors à l'agonie.Désengagement avant avril 2014Le Trésor compte achever son désengagement d'ici avril 2014. Il lui faudrait céder ces actions au prix unitaire de 89,69 dollars, pour ne pas perdre d'argent dans l'opération, selon l'agence Reuters. Mais le Trésor a toujours affirmé qu'il ne cherchait pas à réaliser de bénéfice, le but de l'opération étant d'empêcher une faillite du mastodonte américain, qui aurait été bien plus coûteuse encore. Au pays de l'ultra-libéralisme, GM, symbole de la multinationale américaine pure et dure, n'a été sauvé que par une nationalisation!Bénéfice en reculGeneral Motors, qui possède aujourd'hui 7% de PSA Peugeot Citroën, a annoncé un bénéfice net en baisse de 14% à 865 millions de dollars (660 millions d'euros) sur le premier trimestre 2013, notamment à cause de sa restructuration en Europe. Le chiffre d'affaires a reculé de 2% à 36,9 milliards de dollars (28,5 milliards d'euros). Sur le seule Europe, General Motors a encore perdu 200 millions de dollars (150 millions d'euros) au premier trimestre. Soit une marge négative de 3,6% du chiffre d'affaires. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :