Le mystère du Vélib retrouvé à Bamako s'épaissit

 |   |  328  mots
On savait que le destin du Vélib était de traverser le périphérique parisien... mais pas de dépasser nos frontières. Et pourtant. Depuis quelques jours, une photo amuse les réseaux sociaux. On peut y voir un jeune malien poser fièrement sur un Velib... à Bamako. La question est sur toutes les lèvres: \"comment ce Vélib a-t-il atterri au Mali?\"Il y a de fortes chances pour que le mystère reste entier. Mais dès le lancement du Vélib à Paris en 2007, JCDecaux, la société qui gère le réseau de vélos partagés, avait connaissance d\'un trafic de ces bicyclettes vers l\'Afrique. D\'après un haut responsable de JCDecaux cité par Le Figaro qui avait à l\'époque consacré un article sur le sujet, \"les Africains adorent le côté 4X4 du Vélib, si robuste qu\'il permet de circuler même en brousse\". Une information qui a ensuite été démentie par des officiels de la société.L\'affaire du Vélib retrouvé à LyonMoins exotique, la société Vélib avait retrouvé une de ses bicyclettes à Lyon. En fait, les deux villes disposent du même système de vélos partagés, le plaisantin a donc accroché son vélib parisien dans une station Velov (nom du même réseau à Lyon).224.000 franciliens sont abonnés au système Vélib. En 2010, la société JCDecaux a négocié avec la ville de Paris un avenant sur le contrat pour faire face au nombre extrêmement élevé de vélos vandalisés. Plus de 16.000 bicyclettes dégradées en 2009 sur un parc de 23.000 vélos. Les vols de Vélib s\'élèvent quant à eux à plusieurs milliers par an. En vertu de cet avenant, la ville de Paris s\'engage à indemniser la société à hauteur de 400 euros, pour un coût total de 600 euros par vélos remplacés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :