Adapter la supply chain au business model »

 |   |  273  mots
Par rapport à d'autres groupes, tels que Zara, comment justifiez-vous votre organisation logistique ?Nos business models sont très différents. Le groupe Cortefiel s'approvisionne essentiellement en Asie, tandis que Zara a ses propres usines de confection sur le pourtour méditerranéen. Pour être efficace, la supply chain doit s'adapter à chaque modèle. Nous sommes leaders en Espagne avec des marques comme Women'Secret. Ce qui n'est pas le cas de Zara. Mais la concurrence nous pousse à nous améliorer. D'ailleurs, nous entretenons de bonnes relations et nous échangeons même nos bonnes pratiques.Cette centralisation à Aranjuez vous a-t-elle poussé à réorganiser vos approvisionnements ?Notre concept central est basé sur l'outsourcing ; nous sommes toujours à la recherche de nouveaux produits. Selon les saisons, nous avons entre 400 et 500 fournisseurs en Chine, en Inde et en Asie plus largement. Mais nous avons des fournisseurs européens, choisis soit pour la qualité ou la spécificité de leurs produits soit, justement, pour leur proximité. Si nous sommes très exigeants avec nos fournisseurs asiatiques, nous le sommes parfois moins avec les Européens. Ils ont quelquefois du mal à se plier à nos chartes qualité, à être très précis sur les lots, voire les colis.Quelle organisation informatique avez-vous adoptée ?Notre objectif est d'augmenter la visibilité de la supply chain. Pour cela, nous avons connecté notre EDI (système d'échange de données informatisé) avec tous nos transitaires. Cela me permet de savoir quand un fournisseur prévoit de livrer, quand part tel avion ou tel bateau. Nous pouvons ainsi mesurer nos transitaires sur la qualité de l'information qu'ils nous délivrent.Propos recueillis par B. D.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :