L'Iran s'invite au sommet sur la sûreté nucléaire

 |   |  314  mots
Aujourd'hui, la plus grande menace qui pèse sur le monde est qu'un groupe extrémiste dispose un jour d'une arme nucléaire, estime l'ancien patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, dans « Le Journal du dimanche ». Prévenir le terrorisme nucléaire en renforçant la sûreté des matériaux fissiles stockés dans le monde, tel est l'enjeu du sommet qui se tient lundi et mardi à Washington. ProvocationsNicolas Sarkozy est l'un des 38 chefs d'Etat et de gouvernement attendus à ce premier sommet sur la prévention du terrorisme nucléaire, auquel participent 47 Etats. Il y défendra notamment le retraitement et le recyclage des combustibles fissiles. Le programme nucléaire iranien n'est pas à l'ordre du jour. Mais c'est un peu « l'éléphant dans le placard » indique-t-on à l'Elysée. D'autant que l'Iran multiplie les provocations. Le président iranien a dévoilé vendredi la maquette d'une centrifugeuse de 3e génération d'une capacité d'enrichissement d'uranium six fois supérieure à celles de l'usine de Natanz (centre de l'Iran). Et, dimanche, la télévision d'Etat annonçait la production en série d'un nouveau missile anti-aérien de moyenne portée baptisé Mersad (embuscade), capable de frapper des avions ennemis à « basse et moyenne altitude ». « Malgré ses dénégations, nous devons conclure que l'Iran a des intentions malfaisantes concernant son programme nucléaire », a déclaré vendredi le porte-parole du département d'Etat américain, Philip Crowley. Les six puissances chargées du dossier nucléaire iranien (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) ont entamé jeudi des discussions sur un renforcement des sanctions internationales. Le conseil de sécurité de l'ONU pourrait adopter des sanctions contre l'Iran avant la fin du printemps. Washington milite pour un embargo sur les exportations d'essence vers l'Iran. Moscou n'est plus hostile au principe de sanctions, mais souhaite qu'elles épargnent la population.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :