Theolia s'essouffle

 |   |  337  mots
- 6,20 %Le retour en grâce de l'action Theolia auprès des investisseurs aura fait long feu. Vendredi, en clôture, le titre affichait une chute de 6,20 %. Pourtant après une baisse de 37,34 % en 2010, il s'adjugeait, jeudi soir encore, un gain de 10,25 % depuis début janvier. À l'origine de ce repli : la publication d'un chiffre d'affaires en baisse de 43 % passant de 328,6 millions à 187,8 millions d'euros d'une année sur l'autre.Ce repli important de l'activité reflète, selon le groupe spécialisé dans la production électrique à partir de l'énergie éolienne, « l'important plan de cession réalisé en 2009 » mis en place pour rétablir sa trésorerie mise à mal par la boulimie d'acquisitions de son fondateur ayant conduit la société au bord de la faillite. L'activité de développement, de construction et de vente de fermes éoliennes est passée de plus de 236 millions d'euros à moins de 111 millions d'euros en 2010. De leur côté, les ventes d'électricité ont diminué de 28 % d'une année sur l'autre avec une capacité de 283 mégawatts en 2010 contre 322 en 2009. In fine, Theolia a subi de plein fouet l'impact de son programme de cession d'actifs sur sa propre production d'électricité. Dans le même temps, le pôle d'exploitation de fermes éoliennes pour des tiers est resté stable à 38,2 millions d'euros. Pour autant, Theolia est confiant dans l'avenir. Fin décembre 2010, le portefeuille de projets en phase de réalisation regroupe, entre autres, une construction en cours de 25 mégawatts et un permis de construire portant sur 125 mégawatts en France et en Italie. En outre, fin janvier 2011, le groupe a mis en place le financement du parc éolien de Gargouilles, dans le département de l'Eure-et-Loir, dont la mise en production est prévue pour la fin de l'année 2011 pour 18,4 mégawatts. Parallèlement à ces projets, le groupe poursuit sa restructuration nécessaire au retour à la rentabilité. Dans ce contexte, la publication des résultats, prévue le 14 avril, devrait être suivie de près par le marché. Jacques Nédellec

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :