Fillon défend sa politique écologique

 |   |  270  mots
Non le Grenelle de l'environnement n'est pas mort. Oui la croissance verte peut-être un « renouveau » pour l'industrie. Ce sont les deux messages qu'a délivré hier François Fillon, lors d'un déplacement dans le Maine-et-Loire afin d'y visiter une usine Saint-Gobain Isover, qui fabrique des produits d'isolation à partir de matières premières naturelles et recyclables.scepticismeLe Premier ministre a assuré que l'écologie restait « au coeur » du projet gouvernemental. François Fillon a sans doute senti la nécéssité de réaffirmer les choix écologiques du gouvernement alors que , depuis l'abandon sine die de la taxe carbone, une partie de sa majorité est désormais très critique vis-à-vis de cette politique. Ce scepticisme a d'ailleurs donné lieu au vote de plusieurs amendements contraires à la volonté gouvernementale lors de l'examen en commission de l'Assemblée nationale du projet de loi Grenelle 2. Un contexte qui laisse prévoir des débats tendus lors de son examen en séance début mai. François Fillon a également assuré que la croissance verte était « un levier pour relancer notre économie » dans le contexte de crise. « Partout dans le monde, que ce soit en Chine ou dans la Silicon Valley, les investissements dans les technologies vertes se développent. La France ne peut pas manquer ce rendez-vous et pour cela nous avons défini une politique volontariste », a assuré le chef du gouvernement. « Nous ne pouvons pas laisser dire que l'écologie n'est pas un sujet populaire ! Nous ne pouvons pas laisser dire qu'elle est un luxe ni qu'elle est une charge ! », a-t-il insisté. R. J. (avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :