« Taxer l'épargne, un accessoire potentiellement dangereux »

 |   |  296  mots
Gilles Moec, économiste senior chez Deutsche BankTaxer l'épargne est-il une bonne solution pour financer la réforme des retraites??Le problème c'est que l'on taxe le produit d'un revenu qui a déjà été taxé une première fois. Une extension de cette double taxation peut être un mauvais point pour l'attractivité de la France. Or, on ne peut pas isoler le problème du financement des retraites de celui, plus général, des administrations publiques. La France a de gros besoins de financement. Elle doit attirer les investissements et améliorer sa compétitivité à l'exportation. Taxer l'épargne ou, pire, le travail, serait contre-productif. Pour crédibiliser la réforme des retraites, mais aussi la consolidation budgétaire aujourd'hui absolument nécessaire, il faut s'assurer de ressources rapides et jouer sur les impôts indirects?: je pense à une hausse de la TVA.Mais chacun sait que la TVA est surtout acquittée par les plus modestes...C'est vrai qu'il s'agit d'un impôt régressif et que la crise suscite un besoin d'équité, alors que la réforme des retraites écornerait le bouclier fiscal dont les hauts revenus bénéficient. Mais l'essentiel est ailleurs. En 2007, pendant que la France étendait encore ce bouclier, l'Allemagne a fait le choix de la compétitivité en augmentant son taux de TVA et en réduisant les charges sociales en contrepartie. Aujourd'hui, la France a besoin d'abondantes rentrées fiscales qui ne pénalisent pas sa propre compétitivité. La pire des choses serait que la réforme des retraites ne soit pas financée. Taxer l'épargne est peut-être le seul moyen politique de faire passer cette réforme, mais ce n'est qu'un accessoire, potentiellement dangereux à manier. Propos recueillis par M. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :