Les marques « made in Orient » commencent à émerger

Les traditionnelles abayas noires décorées de cristaux Swarovski ou brodées de détails colorés des soeurs émiratiennes de Das Collection étaient à l'honneur le mois dernier à Dubaï. Comme une dizaine d'autres marques locales, elle figurait parmi les 120 griffes de prêt-à-porter du salon Who's Next qui tenait là sa deuxième édition. « Les Dubaïotes sont prêtes à s'intéresser à des marques de leur région », explique l'organisateur du salon, Frédéric de Villeneuve. Une tendance qui s'accompagne d'une poussée vers le milieu de gamme. Après les grandes griffes de luxe, le Moyen-Orient fait progressivement place dans ses centres commerciaux à des signatures 20 % à 30 % moins chères, telles que les sacs Coach ou les vêtements See by Chloé et Michael Kors. Diversification judicieuseLe groupe Chalhoub, de son côté, développe ses propres enseignes locales (voir ci-dessus). Une diversification judicieuse au moment où beaucoup des marques qu'il représente cherchent à voler de leurs propres ailes dans la région. Après Tanagra (Arts de la Table) et Faces (cosmétiques), ils testent actuellement deux autres enseignes : Tagz pour les sacs et Scarpe consacrée aux chaussures.Il dépose également cette semaine le nom, encore secret, de sa nouvelle enseigne multimarque consacrée à la mode pour enfants fortunés. « Nous allons vite déployer le concept avec 30 boutiques d'ici à 2020 car la demande est très forte », estime le co-PDG, Patrick Chalhoub. Après les sacs et les chaussures, les femmes cachées sous leurs abayas pourront ainsi exhiber leurs enfants en Baby Dior, comme porte-drapeau de leur richesse. S. L.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.