Les jeux vidéo et les sites Internet de Disney restent toujours en perte

Les « médias interactifs » chez Disney n'arrivent toujours pas à passer dans le vert. Certes, la conséquence est moindre pour le géant américain des loisirs et des médias, puisque ce secteur pèse à peine 2 % de l'activité du groupe. Reste que la plus petite des activités de Disney a enregistré des pertes annuelles de 234 millions de dollars pour l'exercice fiscal clos fin octobre, après avoir déjà perdu respectivement 258 puis 295 millions lors des deux exercices précédents. Le chiffre d'affaires croît de 7 %, à 761 millions. Les jeux vidéo sont la branche la plus importante de ce pôle, qui inclut également les différents sites Internet du groupe, ainsi que l'activité dans le téléphone mobile au Japon. Reconnaissant un catalogue de jeux moins riche en 2010, Disney reste toutefois optimiste pour cette division, pointant des ventes en hausse, et des pertes qui se réduisent. Disney table sur des réductions de coûts significatives sur les jeux publiés par l'éditeur, sur une hausse de ses abonnés au Club Penguin, et à ses services mobiles payants au Japon.Globalement, le succès de « Toy Story 3 » sorti en juillet dernier n'a pas empêché Disney de trébucher au dernier trimestre clos fin octobre. Le géant américain des loisirs et des médias Walt Disney a vu sur cette période son bénéfice net reculer de 7 %, à 835 millions de dollars. C'est toutefois mieux que les attentes du marché, ce qui explique que le cours a grimpé vendredi de 5 %. De son côté, le chiffre d'affaires est en léger recul de 1 %, à 9,74 milliards de dollars, soit moins que les 9,94 milliards anticipés par les analystes. Sur l'ensemble de l'exercice (qui compte une semaine de moins que la précédente), Disney voit son bénéficie net fortement progresser de 20 % à 3,96 milliards de dollars, sur un chiffre d'affaires qui croît lui de 5 % à 38 milliards de dollars.Bonne tenue du cinémaEn termes de recettes, ce sont les chaînes de télévision qui accusent le plus le coup au dernier trimestre, avec une baisse de 7 % à 4,41 milliards de dollars. Elles sont suivies des parcs de loisirs et l'hôtellerie, qui est en légère diminution de 1 % à 2,82 milliards de dollars. La bonne tenue du cinéma (+ 6 % à 1,59 milliard de dollars), des produits dérivés (730 millions de dollars, en croissance de 13 %) et des médias en ligne (un petit chiffre d'affaires de 188 millions de dollars, en progression de 20 %) ne compensent les mauvais résultats de la télévision. Sandrine Bajo

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.