Les procédures se multiplient dans le monde

L'Autorité de la concurrence est le premier régulateur à porter l'estocade contre Google, mais il n'est pas le seul à enquêter. Car après avoir fasciné et suscité l'admiration, la réussite de Google provoque de la méfiance. L'agressivité commerciale d'un nouveau venu est regardée avec condescendance par les concurrents ; elle devient insupportable quand elle émane de l'acteur dominant. Les gendarmes du marché, en Europe comme aux États-Unis ou en Asie, ont ainsi été alimentés depuis un ou deux ans en plaintes et dossiers en tout genre contre Google.La menace la plus sérieuse vient aujourd'hui de la Commission européenne. La Direction de la concurrence de Bruxelles a annoncé le 30 novembre l'ouverture d'une enquête formelle sur le moteur de recherche. Sonder l'âme du moteurEn s'interrogeant sur la neutralité des algorithmes de Google lorsqu'ils restituent aux internautes les résultats de leurs requêtes, c'est l'âme du moteur de recherche qui est mise en doute. Certains résultats seraient-ils privilégiés en fonction des intérêts commerciaux du groupe ? Une accusation très grave que Bruxelles s'interdit de prononcer avant enquête. Sur un terrain complémentaire de celui de l'Autorité de la concurrence française, la Commission européenne ausculte également les pratiques commerciales du champion des liens sponsorisés.Les pratiques du groupe de Mountain View dans la reprise d'articles de sites Internet de journaux pour son service Google Actualités ont été décriées depuis longtemps. Elles font aujourd'hui l'objet de plaintes instruites par l'Office des cartels allemand et par l'Autorité italienne de la concurrence. Aux États-Unis, seul l'accord avec les éditeurs dans le cadre de Google Books fait l'objet d'une procédure judiciaire. J.-B. J.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.