Crédit du Nord et Boursorama, nouveaux piliers de la banque en France

 |   |  427  mots
La Société Généralecute; Générale veut se concentrer sur la France. Douze ans après le rachat de Crédit du Nord et huit ans après celui de SelfTrade (ex-Boursorama), la banque française a décidé de pousser ces machines pour capter davantage de clients. Les ambitions commerciales sont élevées. Les trois réseaux (Société Généralecute; Générale, Crédit du Nord et Boursorama) ont pour objectif de gagner 2 millions de clients supplémentaires d'ici à 2015, soit 20 % de plus par rapport à sa base actuelle de 10 millions de clients. Environ 1,6 million seront captés par les réseaux « physiques » de Société Généralecute; Générale et Crédit du Nord. C'est notamment ce dernier, grâce au rachat récent de la Société Marseillaise de Crédit, qui va monter en puissance sur sa clientèle de particuliers. Mais c'est Boursorama qui dispose des ambitions les plus fortes, avec un gain de 400.000 clients alors qu'elle en détient 300.000 aujourd'hui. Cet espoir de conquête repose sur le fort succès de l'activité bancaire de Boursorama lancée avec succès il y cinq ans. La Société Généralecute; Générale vise également d'être numéro un de la relation clients afin « de conquérir de nouveaux clients et de conserver les nôtres » a expliqué Frédéric Oudéa.Pour compléter ces axes commerciaux, la Société Généralecute; Générale souhaite aussi mutualiser les moyens de ses trois réseaux français. Ce projet est le grand leitmotiv du PDG de l'établissement au logo rouge et noir d'« industrialiser » le métier de la banque. Ce projet baptisé « convergence » vise à unifier les fonctions supports et commerciales qui peuvent l'être. Le premier axe consistera à « basculer le système informatique du réseau Société Généralecute; Générale vers celui de Crédit du Nord, notamment pour la distribution des produits bancaires », selon Jean-François Sammarcelli, directeur général délégué. Ces investissements se monteront à 570 millions d'euros sur trois ans dont 320 millions d'euros uniquement sur les systèmes informatiques. Ces mesures devraient permettre de dégager 220 millions d'euros de synergies à horizon 2015. Une fois réussi, ce transfert de systèmes sera appliqué aux deux réseaux de la banque en Roumanie (BRD) et en République tchèque (Komercní banka). M. Pe.la banque souhaite mutualiser les fonctions supports de ses trois réseaux afin de dégager des synergies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :