La Thaïlande s'inquiète pour son roi

 |   |  348  mots
uccessionUn calme précaire est revenu hier en Thaïlande, après la forte inquiétude suscitée ces derniers jours par la santé du roi Bhumipol Adulyadej, 81 ans. Mais jusqu'à quand ? Jeudi, l'indice boursier avait enregistré un fort recul (jusqu'à ? 8 %), au point de décider le Premier ministre thaïlandais, Abhisit Vejjajiva, à déclencher une enquête sur l'origine des rumeurs alarmantes sur la santé du roi qui ont provoqué l'émotion parmi les investisseurs. Depuis, les bulletins de santé rassurants se multiplient, sans parvenir à réellement apaiser la population, qui priait en masse hier devant l'hôpital où est soigné le souverain depuis le 19 septembre. Bhumipol souffre d'une pneumonie. La perspective de sa mort, après soixante-trois ans de règne dans un pays atteint d'une instabilité politique chronique (15 coups d'État et 16 Constitutions en six décennies), ouvrirait une ère de grande incertitude. Autorité morale, garant de l'unité nationale et disposant de l'appui des élites, Bhumipol est considéré comme une quasi-divinité. Le régime de monarchie constitutionnelle, qui le confine à un rôle politique symbolique, ne l'a pas empêché de tirer quelques ficelles. Toutefois, dans les milieux économiques, on garde confiance. « Hormis les turbulences boursières, la mort du roi n'aura pas de conséquences durables sur l'économie », prévoit Delphine Cavalier, économiste chez BNP Paribas. Un diplomate basé à Bangkok souligne que « les milieux d'affaires ont pris l'habitude de s'isoler de la politique ».récessionIl n'en reste pas moins que la relève ne se présente pas bien. Le fils du roi, le prince Vajiralongkorn, successeur le plus probable, ne jouit pas de l'aura de son père. Facteur aggravant, « la crise économique et l'absence d'investissements depuis 2006 ont plongé la deuxième économie d'Asie du Sud-Est dans la récession, avec un recul de 3 % de l'activité attendu en 2009 », explique Delphine Cavalier. Et « même si l'activité rebondit en 2010 avec une croissance prévue de 5 %, grâce aux récentes mesures de relance, la Thaïlande va souffrir d'une perte de compétitivité par rapport à ses voisins», explique Delphine Cavalier. Laurent Chemineau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :