Les financiers allemands voient l'horizon s'assombrir

 |   |  245  mots
Les investisseurs allemands ont le moral au plus bas. Du moins, si l'on se réfère à l'indice ZEW, du nom de l'institut de recherche du même nom basé à Mannheim, qui interroge tous les mois 284 investisseurs et analystes sur leur perception de l'avenir de l'économie du pays. Au mois d'août, l'indice s'est affiché à 14 points, contre 21,2 points en juillet, alors que le consensus des analystes établi par Dow Jones tablait sur 21 points. C'est le plus pas niveau depuis avril 2009. Ce pessimisme est d'autant plus surprenant qu'il contraste nettement avec un vigoureux PIB au deuxième trimestre, dont la progression est de 2,2 %, un bond inédit sur trois mois depuis la réunification du pays. Plans d'austéritéLes financiers allemands, dont le moral s'effrite depuis quatre mois, redoutent que le ralentissement de l'économie mondiale, en particulier sous l'influence des États-Unis, du Japon et de l'Union européenne, ne viennent peser sur les exportations, moteur de la croissance outre-Rhin. Certains, comme Carsten Brzeski, analyste chez ING Financial Markets, prévoient même une croissance zéro au troisième trimestre en Allemagne. Ce pessimisme se nourrit aussi de l'effet progressif des plans d'austérité appliqués dans les pays de la zone euro afin de réduire le poids de leurs dettes souveraines. Toutefois, il faudra attendre la publication d'un autre indice, celui de l'institut IFO, qui interroge 7.000 industriels sur leur moral, pour avoir une confirmation d'un tel assombrissement de l'horizon. R. Ju.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :