CFAO optimise son entrée en Bourse

 |   |  403  mots
distribution spécialiséeLe compte à rebours de l'entrée en Bourse de CFAO a commencé. La filiale de PPR, qui devrait générer cette année 55 % à 56 % de son chiffre d'affaires dans la distribution automobile, majoritairement sur le continent africain, a livré hier le calendrier des opérations. Après la traditionnelle tournée de présentation auprès des investisseurs qui s'étalera du 17 novembre au 1er décembre, la société enregistrera ses premières cotations à la Bourse de Paris le 7 décembre.De l'avis de nombreux observateurs, ce nouvel arrivant devrait être accueilli en grande pompe par le marché. Le prix d'introduction proposé, entre 24,8 et 29 euros par action, valorise CFAO entre 1,5 et 1,8 milliard d'euros, alors que les analystes tablaient plutôt sur une fourchette de 1,7 à 2,2 milliards d'euros. Si l'on ajoute à cela les 359,4 millions d'euros d'endettement financier net affichés au 30 septembre, sa valeur d'entreprise représente environ 9,4 fois le résultat courant d'exploitation médian (215 millions d'euros) attendu par la direction en 2009. Soit un ratio légèrement inférieur à la moyenne des comparables sectoriels de CFAO figurant dans la note d'opération.« Le montant du ticket d'entrée est raisonnable et constitue une bonne opportunité de placement à un moment où les liquidités abondent », lâche un analyste. D'autant qu'il s'agit là de la première introduction d'importance depuis le milliard d'euros levé par Bureau Veritas en décembre 2007. Au total, PPR, qui possède aujourd'hui 100 % du capital de CFAO, prévoit de céder entre 50,4 % et 57,9 %, en cas d'exercice total de l'option de surallocation, de sa participation. Ce qui lui rapporterait 834 à 959 millions d'euros sur la base d'un cours de 26,9 euros par titre, correspondant au milieu de la fourchette de prix d'introduction.zones d'ombreAu-delà de l'enthousiasme suscité par le projet, des zones d'ombre demeurent toutefois. Notamment du côté de l'évolution de l'activité de distribution automobile de CFAO. Car si le PDG de l'entreprise, Richard Bielle, vise une croissance annuelle moyenne de 10 % du chiffre d'affaires global entre 2009 et 2012-2013, il reconnaît, en filigrane, manquer de visibilité sur 2010. Le dirigeant voit l'activité de CFAO Automotive rebondir en 2010 sans pour autant savoir à quel moment. Et c'est bien là le problème. Le groupe continue de réduire ses stocks d'automobiles alors que certains constructeurs européens commencent déjà à les reconstituer. Dans ce contexte, seul l'avenir dira si CFAO a été introduit au juste prix. n Infographie2col 57mm

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :