Le gouvernement vante les mérites de sa stratégie budgétaire

 |   |  368  mots
« La France doit impérativement défendre son triple A. » Et pour Christine Lagarde, auteur de cette petite phrase devant les députés (alors que la dette américaine, notée elle aussi triple A, vient d'être mise sous surveillance négative par l'agence Standard and Poor's), le programme de stabilité pour la période 2011-2014 transmis par Paris à Bruxelles doit contribuer à cet objectif. La ministre de l'Économie, accompagnée de François Baroin son homologue du Budget, a donc rappelé les temps de passage (lire « La Tribune » du 18 avril) qui doivent conduire la France à ramener son déficit public à 3 % du PIB en 2013, « un niveau de déficit qui était le nôtre avant la crise », a tenu à souligner François Baroin. Si Christine Lagarde a rappelé que la France prendrait « si nécessaire » des mesures complémentaires « pour rester dans les clous de la trajectoire » de redressement des finances publiques, François Baroin a écarté l'idée d'accélérer, ce qui se traduirait par des coupes supplémentaires dans les dépenses et/ou des hausses d'impôts supplémentaires. Avec 4 points de PIB d'ajustement entre 2010 et 2013, « l'effort proposé aux Français est important. Le gouvernement ne veut pas prendre le risque de casser un rythme de croissance convalescent ». Pas question donc pour l'instant d'aller au-delà des 3 milliards d'euros attendus en 2012 de la chasse aux niches. Une réponse à ceux qui voudraient un surcroît de rigueur pour plaire aux agences de notation... Mais pour éviter d'être accusé de céder à la facilité en période préélectorale, le ministre a également annoncé que les mesures décidées par le gouvernement en matière de politique de l'emploi (500 millions d'euros) ou le coût d'exonérations de charges sociales liées à une éventuelle prime pour les salariés seraient gagées par des économies trouvées ailleurs dans le budget de l'État. De même, François Baroin a assuré que les effets de la réforme combinée du bouclier fiscal et de l'ISF seraient neutres pour les finances publiques. Le détail du financement sera présenté le 11 mai en Conseil des ministres. A. E. (Lire aussi page 32)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :