Les nouveaux enjeux des DRH de PME

 |   |  399  mots
ondageDans l'actuel environnement économique marqué par les incertitudes, sur fond de crise de l'emploi, les directeurs des ressources humaines (DRH) ont fort à faire. Plans sociaux à moindre coût mais gestion des talents, maintien d'un bon climat social mais maîtrise de la masse salariale sont leurs grandes priorités. Des enjeux contradictoires et difficiles à appréhender. Dans ce contexte, la deuxième édition du baromètre Essca-Bodet montre bien les préoccupations qui taraudent de nombreux DRH dans les PME.Trois grandes contraintesRéalisé auprès de 360 DRH d'entreprise dont 52 % emploient entre 250 et 2.000 salariés et 43 % entre 50 et 250 salariés, ce sondage révèle que les trois grandes contraintes des DRH sont actuellement l'évolution de la législation du travail (22 % des responsables interrogés), la montée des attentes personnalisées des salariés (21,7 %) et la dégradation des conditions de travail (17,8 %). « La judiciarisation de la fonction RH, déjà forte l'an dernier, s'accentue encore ; elle représente la première contrainte dans les PME », explique Maryline Meyer, professeur de gestion des RH au groupe Essca et responsable de l'étude. De fait, dans les petites structures, les responsables RH sont souvent autodidactes en la matière.Plus averties, les plus importantes de ces entreprises se penchent sur la montée de l'individualisation de la gestion des ressources humaines. C'est le cas notamment dans le secteur des services, où les entreprises sont sensibles à la crise de l'emploi et à la détérioration des conditions de travail. Le recrutement, première mission RH en 2008, devient très difficile. Près de 30 % des entreprises ont du mal à recruter des dirigeants. Les entreprises industrielles (40 %) peinent à embaucher des techniciens et des cadres. Les raisons invoquées par les responsables RH, interrogés début 2009, sont la pénurie de compétences externes, l'inadéquation entre l'offre et la demande et la dévalorisation de certains métiers. Si bien que, pour eux, la gestion des compétences devient la mission prioritaire, suivie de la formation.À noter enfin que le thème de la responsabilité sociale devrait commencer à monter même si, pour l'heure, seules les plus importantes des entreprises interrogées se soucient de la promotion de la diversité. « On voit aussi apparaître de nouvelles préoccupations liées à l'économie de la connaissance. Le transfert des connaissances des seniors est devenu un enjeu concurrentiel », observe Maryline Meyer. Clarisse Burger

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :