Les cas de blanchiment d'argent aux Etats-Unis se multiplient

Depuis quelques mois dans le collimateur des autorités américaines, la Banque Libano-Canadienne vient de se voir saisir 150 millions de dollars dans le cadre d’une procédure visant des établissements libanais accusés de blanchiment d\'argent au profit du Hezbollah, en liaison avec un trafic de drogue. \"Comme nous l\'avons dit l\'an dernier, la Banque Libano-Canadienne a joué un rôle majeur pour faciliter le blanchiment d\'argent pour des organisations contrôlées par le Hezbollah à travers le monde\", a précisé l\'administratrice de la Drug Enforcement administration (DEA) Michele Leonhardt en annonçant cette saisie dans un communiqué conjoint avec le procureur fédéral de Manhattan.Une plainte avait déjà été déposée en décembre dernierLes autorités américaines avaient annoncé en décembre dernier avoir porté plainte au civil contre des établissements financiers libanais accusés d\'avoir aidé au blanchiment de plusieurs centaines de millions de dollars pour le Hezbollah, via les Etats-Unis et l\'Afrique, en lien avec un trafic de drogue. La plainte visait notamment l\'ancienne Banque Libano-Canadienne (BLC) et deux autres établissements basés au Liban, la compagnie de change Hassan Ayash et Ellissa Holding. Selon les autorités américaines, entre environ janvier 2007 et début 2011, au moins 329 millions de dollars ont été transférés par virement à partir de la BLC et d\'autres institutions financières vers les Etats-Unis.La Deutsche Bank également dans le collimateurBLC n’est pas la seule banque qui a été accusée de blanchiment ces derniers mois. Selon le \"New York Times\", les autorités judiciaires américaines mènent également une enquête contre la Deutsche Bank, ainsi que contre d\'autres établissements bancaire de grande envergure qui auraient transféré plusieurs milliards de dollars pour le compte notamment de l\'Iran et du Soudan. Mais l\'enquête n\'en est qu\'à ses prémices selon les autorités américaines.HSBC ciblée par une commission d\'enquête parlementaireIl y a environ un mois, la banque anglaise HSBC a de son côté été ciblée par un rapport d’une commission d’enquête du Sénat américain liée à la Sécurité intérieure. Et selon les parlementaires, la banque aurait exposé le système financier américain à de possibles opérations de blanchiment de l\'argent de la drogue des cartels mexicains. La filiale mexicaine aurait ainsi transféré un montant de 7 milliards de dollars vers la filiale américaine de HSBC, HBUS, entre 2007 et 2008. HBUS a aussi entretenu des relations financières avec des établissements bancaires soupçonnés de liens avec des organisations terroristes présumées. Le rapport de 330 pages cite notamment la banque saoudienne Al Rajhi Bank.Le rapport du Sénat américain indique enfin qu’HSBC a réalisé 16 milliards de dollars de transactions secrètes avec l\'Iran sur une période de six ans. Et ce alors que les Etats-Unis interdisent les relations commerciales et financières avec l\'Iran, la Corée du Nord ou encore le Soudan. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.