Le budget des partis politiques s'élève à 189 millions d'euros

 |   |  394  mots
La campagne des élections régionales semble se dérouler entre l'UMP, le PS et Europe Écologie. C'est pourtant oublier que la France compte? 283 partis selon le dernier rapport de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Évidemment, ce chiffre recouvre aussi bien les grandes formations, UMP, PS, PC, FN, Verts? que des structures locales comme « Gaillac au coeur », « Union pour l'avenir de Mantes-la-Jolie » ou « L'action avec Gilbert Mayer ».Au total, l'ensemble des budgets de toutes ces formations s'est élevé à 189 millions d'euros en 2008, dernière année examinée par la CNCCFP, chargée de certifier les comptes. Mais le budget des douze principales formations représente à lui seul 172 millions. Elles se partagent l'essentiel des 75 millions d'euros d'aide publique annuelle versés aux partis en fonction de leurs résultats aux législatives. Cette aide assure en moyenne 42 % des ressources de ces partis.Officiellement, c'est le PS qui dispose du premier budget, avec 59 millions, suivi de l'UMP, 52 millions, et du PCF, 31,5 millions. Le parti de Martine Aubry peut prétendre à 22,7 millions d'aide publique, alors que celui de Xavier Bertrand dispose à ce titre de 34,5 millions. Indemnités et cotisationsEn revanche, les élus socialistes doivent reverser une part importante de leurs indemnités, qui s'élèvent au total à 13 millions, alors que l'UMP ne ponctionne ses élus qu'à hauteur de 1,7 million. De même, les cotisations des 200.000 militants déclarés du PS représentent 12,4 millions d'euros, soit 20 % du budget du parti. Les 250.000 adhérents de l'UMP sont nettement moins sollicités : le total de leurs cotisations atteint seulement 5,5 millions, soit 10,4 % du budget.Outre les comptes des grands partis, la CNCCFP a également certifié ceux de micro-structures. C'est le cas de l'Association de soutien à Nicolas Sarkozy, qui, avant de reprendre du service pour la présidentielle de 2012, dispose de 191.000 euros de réserves. France.9, le club de François Fillon, perçoit 12.900 euros de cotisations de ses adhérents et détient pour 119.000 euros de valeurs mobilières. Le Chêne, l'association de Michèle Alliot-Marie, a réussi à récupérer 23.000 euros de dons pour un budget de 110.000 euros. Quant à Désirs d'avenir, l'association de Ségolène Royal, elle a décidé, fin 2008, de ne plus se considérer comme un parti. Elle ne peut donc plus financer une campagne électorale. En 2008, elle a déclaré 109.000 euros de pertes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :