Une concertation nationale sur la protection sociale

 |   |  285  mots
Après la réforme des retraites, le Premier ministre a annoncé le lancement d'une « concertation nationale sur la protection sociale qui associera tous les acteurs : partenaires sociaux, professionnels de santé, mutuelles, assurances, collectivités territoriales, au premier rang desquels les conseils généraux ». DiversificationContrairement à ce que le chef de l'État avait indiqué il y a une semaine lors de son intervention télévisée, cette concertation ne sera pas uniquement centrée sur la dépendance des personnes âgées, mais portera également sur la santé. Elle devra en effet « examiner les voies et moyens de réguler les dépenses de santé, de fixer la part des régimes obligatoires et complémentaires et de diversifier les modes de financement », a précisé François Fillon.C'est à Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, et Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, que reviendra le soin d'organiser cette fameuse concertation.Y sera traitée en priorité la question de la dépendance, « dont le coût est estimé à 22 milliards d'euros » et « devrait atteindre les 30 milliards dans les prochaines années », a précisé le Premier ministre. Une fois les besoins des personnes dépendantes répertoriés et les moyens du maintien à domicile le plus longtemps possible déterminés, la concertation devra « sérier les pistes de financement : assurance obligatoire ou facultative, collective ou individuelle ». Et surtout répondre à ces questions « sans a priori, ni préjugé ». Ce dont doute la CFE-CGC : « Cet aveu d'enterrement des principes fondateurs de la Sécurité sociale de 1945 marque une régression », indique son président, Bernard Van Craeynest, dans un communiqué. I. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :