Le marché du travail en France est plus réactif que d'autres

 |   |  285  mots
Marion Cochard, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).Quelle est la situation du marché de l'emploi en France ? Nous assistons aujourd'hui à une très légère reprise des intentions d'embauches en CDD courts et en intérim selon l'Acoss (*). La situation de l'emploi en France restera cette année encore dégradée. On ne peut espérer une stabilisation du marché de l'emploi qu'en 2011 au plus tôt. Nous sommes arrivés à un nouveau tournant : à savoir la cohabitation d'une baisse des emplois durables et d'une stabilisation, voire une légère hausse des CDD courts et de l'intérim. Car la crise est plus violente et plus longue que les précédentes.Peut-on parler de chute des CDI ? Il est trop tôt pour dire si les entreprises vont favoriser durablement d'autres contrats de travail pour disposer d'un volume d'emplois plus flexible. Pour l'heure, elles ont peu de visibilité et l'Acoss montre que, en deux ans, le CDI a régressé. Au quatrième trimestre 2009, les CDI représentaient 15 % des intentions d'embauches, contre 19 % en 2007 sur la même période. Les CDD de moins d'un mois étaient majoritaires en 2009, avec 63 % des embauches, contre 58,5 % fin 2007.Comment peut-on qualifier notre marché du travail ? Les indicateurs de flexibilité du travail de l'OCDE décrivent un marché du travail français plutôt rigide, notamment pour les CDD. Mais les études réalisées sur le sujet (dont celle de l'OFCE en octobre?2009) montrent qu'il est plus réactif que d'autres marchés européens. Pendant la crise, l'Hexagone a ajusté plus rapidement ses volumes d'emplois que l'Allemagne et le Royaume-Uni.Propos recueillis par C. B.(*) Agence centrale des organismes de Sécurité sociale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :