La Bourse de Paris dépasse son pic de clôture de 2010

 |   |  356  mots
Après une pause mardi, le CAC 40 a repris le chemin de la hausse se rapprochant de son plus haut de 2010 de 4.086 points, atteint en séance du 16 avril 2010. À la clôture de mercredi, l'indice parisien a terminé sur un gain de 0,73 % à 4.049,07 points après avoir dépassé en séance son pic de clôture de 2010.Les investisseurs ont réagi positivement au discours sur l'état de l'Union de Barack Obama à l'occasion duquel le président américain a souligné l'importance de la réduction des impôts des sociétés et du gel des dépenses fédérales. Dans ce contexte, en milieu d'après-midi, le CAC 40 a dépassé les 4.065,65 points, son record de clôture du 15 avril 2010. À 14 h 27, l'indice a touché un plus-haut de séance à 4.066,41 points, soit moins de 20 points seulement en dessous du record annuel de 2010 atteint le 16 avril dernier avant l'éclatement de la crise de la dette souveraine. La prudence est tout de même restée de mise. Hier, après la clôture des places européennes, le comité politique de la Réserve fédérale américaine devait annoncer sa décision en matière de politique monétaire. Si le consensus anticipe un statu quo sur les taux directeurs, les investisseurs s'interrogent sur l'ampleur du programme de rachat d'obligations du Trésor et attendent la confirmation de la reprise économique américaine. Sur le front des résultats d'entreprises, si les perspectives de Boeing en deçà des attentes ont déçu, les résultats opérationnels publiés par US Airways et United Continental Holdings sont meilleurs que prévu. Lafarge plieArcelorMittal s'est adjugé 5,51 %. La cotation d'Aperam (+ 8,86 %), sa branche d'acier inoxydable, a démarré en fanfare. De son côté, Accor (+ 4,21 %) a annoncé de nouveaux développements en Asie. Par ailleurs, Renault (+ 3,29 %) viserait, selon des informations de presse, un volume de trois millions de véhicules vendus en 2013. STMicrolelectronics (+ 4,17 %) a également profité des relèvements d'objectifs de cours de plusieurs analystes. À l'inverse, victime de l'effet des manifestations en Égypte où il est fortement implanté, Lafarge s'est replié de 3,10 %. J. N.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :