Les rois du poker sont prêts à s'affronter en ligne

Après les paris sportifs, place au poker en ligne. Les opérateurs pourront se lancer mardi, date à laquelle le décret d'application, retardé à Bruxelles par une procédure maltaise, devrait être publié au « Journal officiel ». L'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) a délivré, essentiellement dans le poker, six agréments à cinq opérateurs, qui s'ajoutent aux onze déjà détenteurs d'une licence de jeu en ligne. Le numéro un mondial du poker, ­Pokerstars, fait ainsi son entrée sur le marché. Créé en 2001 par une famille israélienne, le site, installé dans l'Île de Man, revendique 32 millions de joueurs dans le monde. Pour attirer les joueurs français, Pokerstars a décidé d'offrir jusqu'à 500 euros de bonus alors que les bonus d'ouverture de compte n'ont, jusqu'à présent, pas excédé 100 euros dans les paris sportifs. Côté promotion, le patron du site Alexandre Balkany mise sur les émissions de poker qu'il produit, via Kawa Production, pour Canal Plus, Direct 8 ou NRJ 12. Sur Canal Plus, « le European Poker Tour remplace jusqu'en novembre le World Poker Tour [­l'émission de Patrick Bruel, Ndlr] », précise Alexandre Balkany. Winamax déjà rentableEn face, Patrick Bruel s'est associé aux fondateurs de Caramail et de Meetic, dans Winamax. La société, qui avait déjà sa licence, a ouvert il y a un mois son capital à un cinquième actionnaire, Benoît Grossmann (Indivest). Selon nos informations, cette transaction valorise Winamax, qui affirme être déjà rentable, à une cinquantaine de millions d'euros. Les 10 millions apportés par le nouvel entrant seront essentiellement injectés dans la communication. En revanche, malgré sa longue association avec Canal Plus dans le poker, Patrick Bruel n'a jamais noué d'accord particulier avec la chaîne payante. « J'ai avancé avec eux pendant cinq ou six ans, et j'ai appris par la presse qu'ils avaient un accord avec un autre site », indique le chanteur.Autre entrant attendu, Partouche. Ce dernier estime que le poker, dans l'un des ses quarante casinos ou sur son site, fait partie de son coeur de métier. PartyGaming, qui vient de recevoir sa licence, devrait également compter. Cotée à Londres, la société, qui a déjà noué un accord dans le poker avec le PMU, se lance dans le poker et les paris sportifs. Iliad, la ­maison mère du fournisseur d'accès à Internet Free, associée au site ChiliPoker vient aussi d'être autorisée par l'Arjel. En parallèle, l'autorité, qui a déjà mis en demeure une dizaine d'acteurs, va saisir ces prochains jours le tribunal de grande instance de Paris. D'ici la mi-juillet, les jeux d'argent sur ­Internet, ouverts à la concurrence le 9 juin, auront, de bonne source, généré une cinquantaine de millions d'euros de mises, l'équivalent des mises enregistrées en un an par la Française des Jeux sur son site. Sandrine Cassini et Héléna Dupuy

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.