Chirac, Giscard, Juppé, Fabius et les autres  : des retraités gâtés.

 |   |  371  mots
Le politique préféré des Français est aussi l'un de ceux qui coulent l'une des retraites les plus douces. Jacques Chirac cumule en effet plusieurs pensions : d'ancien conseiller référendaire à la Cour de cassation (où il n'a pas remis les pieds depuis 1967 !), d'ancien président de la République (5.300 euros net par mois), d'ancien maire de Paris et d'ancien conseiller général de Corrèze... Au total, 19.000 euros par mois auxquels il convient d'ajouter son indemnité de 12.000 euros de membre de droit du Conseil constitutionnel. Soit environ 31.000 euros mensuels pour vivre. Valéry Giscard d'Estaing n'est pas très loin de ce chiffre avec sa retraite d'ancien inspecteur général des finances, d'ancien élu local du Puy-de-Dôme, et d'ancien président de la République : environ 17.000 euros plus, comme Chirac, 12.000 euros du Conseil constitutionnel. FlairAlain Juppé et Laurent Fabius n'ont pas quitté la politique active mais sont déjà retraités de la fonction publique : Juppé a demandé en 2003 la liquidation de sa pension d'ancien inspecteur des finances, et Fabius quelque temps après, celle d'ancien maître des requêtes au Conseil d'État ; le premier touche ainsi un peu plus de 6.000 euros par mois ; et le second, à peu près 4.000 euros par mois. Mais, de plus, Juppé, qui n'est plus député, a demandé à percevoir sa retraite d'ancien parlementaire, soit près de 6.000 euros de mieux par mois. Ils ont eu du flair : l'interdiction du cumul d'une retraite de fonctionnaire et de parlementaire ne prendra effet qu'en 2012 ! Bien traitésJack Lang est, lui, toujours député, mais touche en plus de son indemnité parlementaire (5.200 euros net) ses retraites d'ancien professeur de droit et de maire de Blois, qui doublent son revenu disponible mensuel. Ancien fonctionnaire de la Banque de France, Jacques Delors perçoit à ce titre une pension d'un peu plus de 5.000 euros, plus 9.000 euros au titre d'ancien président de la Commission européenne. En revanche, il n'a pas demandé la liquidation de sa (petite) pension de professeur associé à l'université. L'ancien Premier ministre Michel Rocard n'est pas mal traité non plus : ancien député, ancien inspecteur général des finances, ancien maire de Conflans-Sainte Honorine, il perçoit 11.000 euros par mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2014 à 14:31 :
Ce sont souvent ceux du PS qui reprochent à Sarko de faire des conférences rémunérées qui cumulent une série de retraites dont certaines obtenues sans beaucoup de travail effectif. Mauvaise foi ? Critique systématique ?
Réponse de le 19/01/2015 à 18:59 :
VOUS OUBLIEZ QUE SES VOYAGES C,EST AUX DEPENTS DES CONTRIBUABLES NE PENSEZ VOUS PAS QU,AVEC LEURS PENSIONS IL
POURRAIT SUBVENIR A LEURS DEPENSES
AVEC TOUS LES AVANTAGES QUE CES HOMMES D,ETAT ONT EN RETRAITE
LA CRISE EST POUR TOUS QU,ILS DONNENT L,EXEMPLE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :