Les banques espagnoles touchées par la crise

Après Banco Popular mardi, c'est le BBVA qui, mercredi, a annoncé une baisse de son bénéfice net au deuxième trimestre par rapport à la même période de 2009. Ce jeudi, c'est Santander, la première banque espagnole qui devrait à son tour, si l'on en croit le consensus Bloomberg, annoncer un recul de ses profits sur la période. Le numéro deux du pays, BBVA, a fait état d'un bénéfice net de 1,3 milliard d'euros, en recul de 17,6 % du fait de provisions pour risque de crédit qui se sont élevées à 250 millions. Néanmoins, ces résultats se sont révélés meilleurs que ceux attendus par le marché. Le scénario est identique à celui de Banco Popular dont la performance avait été gachée par 850 millions d'euros de provisions. De même, les analystes s'attendent à une mauvaise nouvelle du côté des provisions chez Santander.Si les caisses d'épargne ont été les premières à prendre de plein fouet le choc immobilier, la récession de l'économie espagnole se fait sentir dans ces résultats des banques. Au deuxième trimestre, la croissance des revenus (PNB) a été quasi nulle (+ 0,98 %) pour BBVA. Pourtant, son conseiller délégué, Angel Cano, affirme que l'évolution est positive : alors que le taux de créances douteuses a fortement augmenté entre juin 2009 et mars 2010 (de 3,2 % à 4,3 %), le deuxième trimestre a connu une légère baisse (4,2 %). « Nous pouvons confirmer que nous sommes à un pic du taux de créances douteuses » a indiqué le dirigeant. Néanmoins, à la différence des titres Banco Popolar ou Santander, celui de BBVA a déçu mercredi, en cloturant en baisse de 0,52 %. G. L. S

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.