Bouffée d'oxygène pour l'emploi

Un an après la mise en place de la TVA à 5,5 %, restaurateurs et gouvernement font leurs comptes. Et assurent, de concert, que des « dizaines de milliers d'emplois » ont été créés ou sauvés. Alors que fin 2009, le Conseil des prélèvements obligatoires (rattaché à la Cour des comptes) avait jugé « optimiste » l'objectif de 40.000 emplois pérennes supplémentaires en deux ans avancé à l'époque par le gouvernement, où en est-on?? Selon l'Insee, le secteur a créé 12.300 emplois au 1er trimestre 2010, après 8.300 au 4e trimestre 2009 et 1.100 au 3e trimestre. Au total, le gouvernement se félicite de la création de 21.700 emplois. De son côté, la Fédération des hôtels-cafés-restaurants indépendants annonce « 20.600 emplois créés en six mois ». L'ampleur des créations d'emplois est relativisée par les syndicats qui rappellent, comme FO, qu'avant le passage de la TVA de 19,6 % à 5,5 %, le secteur en créait déjà 15.000 en moyenne par an, tandis que la CGT s'interroge sur la qualité des emplois créés et rappelle que les saisonniers, CDD et intérimaires sont légion dans le secteur. « Il faut aussi compter les emplois sauvés et ceux des établissements qui n'ont pas ferm頻, plaide pour sa part Philippe Labbé, président du SNRTC, le syndicat de la restauration commerciale. Selon Bernard Boutboul, du cabinet spécialisé Gira Conseil, un tiers du secteur (soit 25.000 restaurants servant à table) était en difficulté avant l'entrée en vigueur de la mesure. Ses calculs faits, il estime que « la moitié sont sortis de cette passe difficile » grâce à la baisse de la TVA. I. M.En signant le contrat d'avenir avec le gouvernement, les professionnels de la restauration s'engageaient à augmenter les investissements afin de mettre aux normes leurs établissements, améliorer l'accueil et le confort, acquérir de nouveaux équipements et moderniser leurs restaurants. Pour les aider dans cette démarche, un fonds de modernisation a été créé. Selon le contrat, « ce fonds vise à apporter via des cofinancements bancaires associés, 1 milliard d'euros à l'investissement sur trois ans ». Il repose sur le prêt participatif pour la modernisation et la transmission de la restauration (PPMTR) lancé en octobre 2009 par la banque publique Oséo. Depuis cette date, 584 millions d'euros ont été débloqués au profit de 7.000 restaurants. Un chiffre inférieur aux prévisions du gouvernement. Selon un expert, les professionnels du secteur ont préféré faire le dos rond pendant la crise plutôt que de moderniser leur établissement. Pour mémoire, la restauration a été l'un des secteurs les plus touchés par la récession, avec un bond de 9 % des défaillances d'entreprises en 2009 selon Altares. F. Pi.Dans l'argumentaire ayant précédé à l'instauration du taux réduit de TVA dans la restauration, l'impact sur l'addition figurait en première ligne. En pleine crise financière, certains à Bercy n'hésitaient pas à reconvertir cette disposition issue d'une promesse de Jacques Chirac en... mesure phare du plan de relance « puisqu'on allait aider les Français à se nourrir moins cher ». Un an après, les estimations diffèrent quant à l'impact sur les prix de ce passage à un taux réduit. La profession s'était engagée à les baisser de 3 %. Or, selon l'Insee, moins de la moitié du chemin a été parcourue puisque les relevés effectués par l'Institut de statistiques montrent que la baisse a été limitée à 1,3 % entre juillet 2009 et mai 2010. Une évaluation que conteste la Direction générale du Trésor. Celle-ci estime en effet que les prix dans la restauration ont reculé de 2,5 % grâce à la baisse de la TVA. Dans son calcul, le Trésor ajoute à la baisse pointée par l'Insee (1,3 %) l'évolution qu'auraient eu les prix si le taux de la TVA n'avait pas été réduit, soit 1,2 % depuis un an. Une démonstration qui ne convainc pas les consommateurs. Ainsi, pour l'UFC-Que choisir, « le client a été le dindon de la farce » puisque seulement un restaurant sur deux a baissé ses prix. A. E.bilan très mitigé

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.