Le Royaume-Uni en passe de manquer ses objectifs de réduction de CO2

Le Royaume-Uni doit opérer un changement radical (« a step change ») dans sa politique environnementale s'il veut atteindre ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre. Dans son deuxième rapport annuel, remis ce mercredi au Parlement, le Committee on Climate Change (CCC), un organisme public indépendant, tire la sonnette d'alarme.Selon lui, le Royaume-Uni réduit actuellement ses émissions de 0,6 % par an. Une baisse de 2 % à 3 % serait nécessaire pour atteindre l'objectif affiché d'une baisse de 34 % (par rapport au niveau de 1990).Certes, 2009 aura permis une baisse de 8,6 % des émissions de gaz à effet de serre, mais « L'immense majorité pr vient du ralentissement de l'économie », estime David Kennedy, le directeur du CCC. La seule solution, selon lui, est un « changement radical » dans les politiques du nouveau gouvernement britannique. « Il faut que l'essentiel du cadre politique soit en place d'ici un an. »La priorité, selon lui, est l'instauration d'un prix plancher pour le CO2, pour faciliter les investissements dans l'électricité renouvelable et le nucléaire. Actuellement, la tonne de CO2 ne coûte que 15 euros. Cela favorise comparativement les centrales conventionnelles, notamment à gaz, qui achètent ce CO2 pour compenser leurs émissions. Un prix plancher, à un niveau relativement élevé, permettrait au contraire d'aider les investisseurs en énergie propre, leur donnant la visibilité économique nécessaire. EDF, qui espère construire une première centrale EPR d'ici 2018, mène d'ailleurs une forte campagne de lobbying dans ce sens.urgenceLa nécessité d'un prix plancher du CO2 est d'autant plus urgente que le Royaume-Uni a besoin très rapidement de remplacer ses centrales actuelles vieillissantes. « Actuellement, la capacité de production électrique est de 70 gigawatts, explique David Kennedy. 30 gigawatts supplémentaires sont nécessaires d'ici 2030. » Le CCC soutient donc l'objectif du gouvernement britannique, qui a affirmé dans son récent budget qu'il allait proposer à l'automne un mécanisme « apportant plus de certitude et de soutien au prix du carbone ». « Pour l'instant cependant, la politique gouvernementale est très bonne dans les principes, mais très peu de détails concrets sont disponibles », juge David Kennedy. Le rapport du CCC identifie quatre autres domaines où le 10 Downing Street doit agir rapidement. Ils recouvrent l'aide à l'isolation des logements au travers de « guichets uniques », où grandes surfaces, autorités locales et fournisseurs d'énergie proposeraient des solutions simples ; l'aide aux voitures électriques (voir ci-contre), le développement du « chauffage durable » et la réduction des émissions de CO2 dans l'agriculture.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.