Paroles d’experts : La responsabilité du chef d’entreprise face aux risques nouveaux ou en croissance

 |   |  1129  mots
Frédéric Coppin et Fabrice Allavoine, les deux intervenants AXA Entreprises ont débattu pendant deux heures sur la responsabilité du chef d'entreprise face aux risques nouveaux ou en croissance |Crédits : Olivier Touron - La Tribune
Frédéric Coppin et Fabrice Allavoine, les deux intervenants AXA Entreprises ont débattu pendant deux heures sur "la responsabilité du chef d'entreprise face aux risques nouveaux ou en croissance" |Crédits : Olivier Touron - La Tribune (Crédits : Reuters)
Les dirigeants des petites et moyennes entreprises sont souvent mal informés sur les nouveaux risques qu’ils encourent dans le cadre de leur activité. La Tribune et AXA ont mis en place un cycle de conférences pédagogiques qui se déroule dans six villes. Deuxième étape : Lille

La Chambre de Commerce et d'Industrie du Grand Lille a accueilli, hier matin, la deuxième conférence du cycle Paroles d'Experts, instauré en partenariat par La Tribune et AXA Entreprises. Frédéric Coppin et Fabrice Allavoine, les deux intervenants AXA Entreprises ont débattu pendant deux heures sur « la responsabilité du chef d'entreprise face aux risques nouveaux ou en croissance ».

Un chef d'entreprise doit prendre conscience des risques, et anticiper leurs conséquences

Première notion, mise en lumière lors de l'introduction générale de la conférence réalisée par Laurent Degroote, premier Vice-président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Grand Lille, la prise de risque fait partie de l'ADN des chefs d'entreprise. « Un dirigeant qui ne prend pas de risque dans son activité n'est pas un entrepreneur, mais un simple gestionnaire », affirme-t-il. Le souci ? Peu d'entre eux sont conscients des aléas, notamment indirects, qui entourent leur activité, comme l'assure Fabrice Allavoine, agent général AXA à Arras :

"Beaucoup de chefs d'entreprise sont impliqués à fond dans leur société et ont du mal à sortir la tête du guidon pour appréhender tous les risques qu'ils encourent.  Notre rôle est de les sensibiliser à différentes situations qui peuvent mettre leur patrimoine propre ou l'activité de leur entreprise en difficulté, et de les conseiller pour limiter ces aléas."

Cette prise de conscience est particulièrement importante dans le monde économique en évolution constante que nous connaissons aujourd'hui. D'autant que les conséquences d'un sinistre pour une entreprise peuvent être dramatiques pour un dirigeant. Ainsi Laurent Degroote cite une expérience vécue :

"Certains de mes collaborateurs utilisaient leurs véhicules personnels pour effectuer des menus travaux pour le compte de mon entreprise, heureusement que mon assureur m'a mis en garde sur le fait que s'ils avaient un accident dans le cadre d'un de ces trajets, j'étais responsable, il m'a ensuite couvert avec un contrat d'assurance de flotte automobile ».

 

Des risques en constante augmentation

"L'évolution de la législation et les nouvelles obligations auxquelles doivent répondre les dirigeants d'entreprise ont un impact de plus en plus important sur l'activité des PME", souligne Frédéric Coppin, directeur de la région Nord-Est d'AXA Entreprises. Pourtant, beaucoup d'entre eux ont une méconnaissance du sujet, et appréhendent mal les conséquences des sinistres de nature nouvelle. Ainsi, la responsabilité personnelle du dirigeant peut être mise en cause, et il est possible qu'il soit condamné sur son patrimoine propre à devoir payer des dommages et intérêts. De la même façon, en cas d'accident grave, il peut se retrouver attaqué au pénal par un tiers, et doit dépenser des sommes parfois importantes pour se défendre. "Notre contrat qui couvre la responsabilité personnelle du dirigeant permet la prise en charge des frais de justice, mais également des dommages et intérêts", explique Frédéric Coppin. Les cotisations à ce contrat peuvent être prises en charge par la société, sans que cela soit considéré comme un avantage en nature.

Le risque environnemental a été également mis en lumière par nos experts. La législation, qui a énormément changé ces dix dernières années, instaure le principe du "pollueur payeur". En cas de problème, l'entreprise pourra donc être condamnée à devoir régler tous les frais pour dépolluer un site. Les conséquences d'un sinistre peuvent être très importantes, "les dommages sur l'environnement peuvent bloquer l'activité d'une société pendant un certain temps et coûter très cher au final", explique Frédéric Coppin.

Troisième type de risque analysé par nos experts et souvent sous-évalué par les dirigeants : le cyber-risque. Contrairement à une idée reçue, il ne touche pas uniquement les grandes entreprises internationales, comme le rappelle l'assureur :

"En France, 70% des sociétés ont un site web et 14% disposent d'un site marchand.  Le développement de l'informatique dans toutes les PME entraine un risque important et des coûts exponentiels en cas de sinistre."

Il y a dix ans les dégâts couverts par les assureurs concernaient surtout les casses de matériel, aujourd'hui, le risque est devenu immatériel.

« Un site marchand attaqué par des pirates ou victime d'un virus, peut ne pas fonctionner pendant 15 jours, notre contrat couvre donc aussi les pertes d'exploitation »

Avec le cyber-risque, il faut prendre en compte les coûts induits par un problème informatique, remarque Fabrice Allavoine.

"Les entreprises mettent en place des procédures de sauvegarde qui ne sont pas toujours suivies par leurs collaborateurs. Or en cas de krach informatique, reconstituer des données peut coûter de 5 000 à 10 0000 euros."

Sans l'intervention rapide d'un prestataire externe, une panne sur un système informatique peut même entrainer des pertes d'exploitation et générer des problèmes de gestion de trésorerie, avec des agios à régler, ou de paie des collaborateurs.

Dernier risque évoqué lors du débat par Frédéric Coppin : le risque d'image, la réputation d'une entreprise pouvant être détruite en quelques heures en cas de crise importante mal gérée devant les médias.

« Si le chef d'entreprise réagit mal en utilisant les mauvais codes de communication, l'entreprise peut mettre la clef sous la porte ».

Mais pour Fabrice Allavoine, la protection doit aussi prendre en charge le sinistre en aval :

"A la suite d'un accident, nous avons du gérer le cas d'une entreprise dont la responsabilité a été évoquée à tort dans les journaux locaux, elle a perdu 50% de son activité dans la région, nous sommes en train de réhabiliter son image en faisant connaître les résultats d'expertise."


Une évolution nécessaire de la protection des PME face aux risques

Au terme du débat, les experts ont insisté sur la nécessité, pour un chef d'entreprise de faire le point régulièrement sur sa protection. "Selon l'évolution de l'activité, une couverture qui est valable à un instant t ne le sera peut-être plus en t+1", précise Fabrice Allavoine. La pédagogie est un point crucial dans la relation entre assureur et assuré, "les sujets des risques pour l'entreprise peuvent faire peur mais ils sont réellement importants pour le dirigeant", affirme Frédéric Coppin.

Encore plus dans la période de crise que nous traversons, car même si la couverture complète de son activité a un coût, que beaucoup envisagent de réduire en éliminant les contrats d'assurance jugés accessoires, c'est justement dans les périodes difficiles qu'il faut les conserver. Sinon le coût du règlement d'un sinistre pourrait entrainer la fin de l'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :