Le budget d'Archimède

Par François Lenglet, rédacteur en chef à La Tribune.

2 mn

Archimède, le savant de l'Antiquité, avait développé une théorie des grands nombres en comptant les grains de sable que pouvait contenir l'Univers. Il avait même inventé un nom pour désigner le plus grand chiffre qui se puisse concevoir, la "myriade de myriades". Un Archimède des temps modernes trouverait matière à éprouver le vertige de l'infiniment grand en consultant les documents budgétaires présentés hier par Christine Lagarde et Eric Woerth.

Dans le budget français pour 2010, le déficit public total atteint quelque 170 milliards d'euros. Un record, évidemment, en termes absolus, mais aussi relatifs : l'impasse de l'année prochaine représente 8,5% de la production nationale, une proportion sans précédent. Si 1 euro équivaut à 1 seconde, le déficit français pour la seule année prochaine représente 5.200 ans. C'est-à-dire plus de temps qu'il n'en faut pour aller serrer la main d'Archimède, mort en 212 avant Jésus-Christ, et revenir chez nous baiser celle de madame la ministre de l'Economie.

Il s'agit d'un "déficit de crise", nous dit le gouvernement. Ce n'est pas faux. On aurait pu aussi le baptiser "différentiel regrettable et momentané entre les recettes et les dépenses" ou bien "ce n'est pas ma faute". Quel que soit l'emballage, il faudra l'acquitter avec du bon vieil argent pesé au trébuchet, c'est-à-dire emprunter davantage sur les marchés financiers. Sur la seule année 2010, la dette va augmenter de 3.000 euros par Français.

Tous nos voisins sont dans le même cas, dit-on encore à Bercy. Les chiffres sont pourtant cruels : la situation budgétaire s'est davantage dégradée en France qu'en Allemagne et en Italie. De surcroît, nous partions, en 2007, d'une situation plus détériorée que celle de nos partenaires, notamment à cause des cadeaux fiscaux, puisque la tradition française est désormais de jeter l'argent par les fenêtres avant l'élection pour tenter de séduire l'électeur - les mesures Villepin - et après, pour le remercier d'avoir cru aux promesses intenables - le "paquet " Sarkozy.

Pour compléter ce tableau, il faudrait mentionner que deux esprits éminents travaillent à plomber encore davantage les comptes de la nation, Alain Juppé et Michel Rocard, avec le futur "grand emprunt". Il faudrait ajouter enfin que 2011 et 2012 seront des années préélectorales, qui s'accommoderont mal de la rigueur. Contrairement à Archimède, nous n'avons pas fermé le robinet de la baignoire, et elle menace de déborder.

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je crois plutot que c'est la bonde que nous avons oublié de placer et en fait notre baignoire se vide. J'aime bien l'humour de François Lenglet. J'aime moins les conséquences de notre incurie passée et du déficit budgétaire actuel (inévitable malheur...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Que Démosthène aille mâcher ses cailloux; la baignoire se vide-t'elle ou se remplit-elle? Si madame de Sévigné a toujours raison - ah! ce délicieux retour au passé! - les Français ne rechigneraient pas à l'effort, mais ils n'ont pas confiance en des ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
à henry : j'apprécie votre culture et vos interventions. Je pense que finalement la baignoire se vide. Tout l'argent que nous y déposons se disparaît instantanément et il y a même phénomène d'aspiration. Ceci dit il est facile de se retrancher derriè...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.