En 2010, le dilemme de l'emploi

 |   |  329  mots
(Crédits : Albert Caen)
Par Philippe Mabille, rédacteur en chef et éditorialiste à La Tribune.

C'est une statistique qui va fortement peser cette semaine lors des auditions des nouveaux commissaires européens devant les eurodéputés, en particulier celle d'Olli Rehn, en charge des affaires économiques et monétaires : en novembre, le chômage de la zone euro a franchi la barre des 10%, retrouvant un niveau "à deux chiffres" pour la première fois depuis la naissance de la monnaie unique, il y a dix ans. Les chiffres américains ne sont pas plus rassurants : avec les 85.000 emplois détruits en décembre, l'économie américaine aura supprimé plus de 7 millions de postes en deux ans.

Aux Etats-Unis, où Barack Obama va faire face en novembre à de très difficiles élections de "mid term" au Congrès, comme en Europe, la faiblesse du marché du travail risque de faire de 2010 l'an III de la crise dans un contexte où les entreprises resteront orientées vers la maîtrise ou la réduction de leurs coûts salariaux. Malgré une légère reprise de l'inflation, le dilemme de l'emploi sera central pour les autorités monétaires. La Banque centrale européenne, qui laissera sans doute ses taux inchangés jeudi pour sa première réunion de l'année, devra maintenir longtemps une politique monétaire accommodante, tout comme la Réserve fédérale. Le plus délicat sera le réglage de la politique budgétaire.

Alors que le FMI appelle les pays développés à ne pas désarmer leurs politiques de relance, Bruxelles joue une partition curieuse, en ayant mis vingt pays sur vingt-sept en procédure pour déficit excessif. Remettre en marche le Pacte de stabilité ne peut pas tenir lieu de politique économique commune. MM. Van Rompuy et Barroso devront faire preuve d'audace pour qu'émerge enfin un gouvernement économique européen et que la Commission retrouve une crédibilité qu'elle a perdue dans la gestion des deux premières années de la crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :