Budget : mouches et vaches sacrées

 |   |  338  mots
(Crédits : Albert Caen)
L'éditorial de François Lenglet

Les Champollions des temps à venir se pencheront avec délectation sur le déluge de barbarismes qui aura accompagné ce budget 2011. Peut-être déchiffreront-ils, dans quelque journal poussiéreux, une phrase comme « le bouclier fiscal ne protégera pas du rabotage des niches », ou encore « c'est un budget de rilance ». Ils en déduiront que notre époque était fort inventive. Ils auront tort, car la créativité de notre gouvernement se limite au champ lexical. Pour le reste, il utilise les bonnes vieilles méthodes, et c'est heureux. Oui, ce budget prévoit des hausses d'impôts, et elles étaient nécessaires pour réduire un déficit intenable. Elles frappent plutôt les classes moyennes supérieures, qui présentent le double avantage, aux yeux de Bercy, d'être relativement nombreuses et de posséder quelques moyens à ponctionner. Les pauvres, comme leur nom l'indique, n'offrent guère de potentiel. Quant aux riches, leurs rangs sont clairsemés. Oui, ce budget contient la dépense publique, sans pour autant être trop rigoureux. De plus, l'hypothèse de croissance retenue pour l'année à venir est réaliste. Fait rarissime, elle a même été abaissée récemment, ce qui rend ce budget assez méritant. Alors, que reprocher au gouvernement, sinon ses contorsions de vocabulaire? La difficulté à nommer les choses signe un malaise vis-à-vis de la réalité elle-même: Sarkozy doit, une nouvelle fois, renoncer à l'un de ses dogmes - pas d'augmentation d'impôt. Tout comme il a dû amender le bouclier fiscal, sous la pression de sa majorité. Pour utiliser les métaphores absconses que nos ministres affectionnent, les vaches sacrées tombent comme des mouches, et cela pourrait bien être la goutte d'eau qui met le feu aux poudres... On conçoit que le président en ressente quelque gêne. Mais l'inflexion était indispensable. Elle aura une contrepartie politique dont le candidat Sarkozy pourra se prévaloir en temps utile: en 2011, la France aura regagné 2 points de PIB sur son déficit.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :