Le nouveau bâtisseur de Sanofi

Par Michel Cabirol, rédacteur en chef Industrie et services à La Tribune
DR
DR

Il y a le côté pile. Après avoir bataillé et ferraillé depuis juillet 2010 contre le PDG de Genzyme Henri Termeer, Chris Viehbacher a enfin obtenu ce qu'il voulait à tout prix, la biotech américaine qu'il considère comme le relais de croissance indispensable aux activités de son groupe, déstabilisé par la future perte de brevets de plusieurs de ses médicaments lucratifs. Il décroche à cette occasion son bâton de maréchal chez Sanofi-Aventis. Ce qui le conforte aujourd'hui pleinement en tant que patron opérationnel du laboratoire tricolore. Et fait taire ainsi les mauvaises langues, qui pariaient (trop vite) sur son éphémère longévité à sa tête... après que l'ex-patron de PPR, Serge Weinberg, a été nommé en mai 2010 à l'issue de l'assemblée générale de Sanofi-Aventis, à la présidence du groupe, en remplacement de l'icône et bâtisseur, Jean-François Dehecq.

Mais il y a aussi le côté face. Chris Viehbacher a-t-il été un peu trop tenace ? Ou plus exactement a-t-il lié la réussite de cette opération à son destin personnel ? Car le prix payé pour s'offrir cette biotech américaine d'à peine 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires fait tiquer le commun des mortels..., même si les marchés, eux, applaudissent. Au départ, ce francophone de nationalités canadienne et allemande, au regard bleu dur, n'en démordait pas : il ne voulait payer pour Genzyme que 13,6 milliards d'euros. Soit déjà plus de quatre fois le chiffre d'affaires. Mais au fil du temps, sa posture initiale, qui apparaissait inflexible, s'est effritée et il s'est finalement laissé convaincre de mettre sur la table entre 14,85 et 17,65 milliards d'euros, en fonction des performances de l'un des nouveaux médicaments vedettes de Genzyme. Ce n'est que dans un an que l'on saura si le pari de Chris Viehbacher valait vraiment le coup. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.